Le forum des MVs, des JDRs et des Mégalos !
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Tour 4 - Le Tournoi du Vieux Dragon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Maitre Chêne
Admin
avatar

Messages : 158
Date d'inscription : 13/11/2016
Localisation : Fort-Chêne

MessageSujet: Tour 4 - Le Tournoi du Vieux Dragon   Dim 13 Nov - 21:58

.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://megalovania.forumactif.com
Dracnor

avatar

Messages : 67
Date d'inscription : 13/11/2016
Localisation : Maison Tully du Conflans

MessageSujet: Re: Tour 4 - Le Tournoi du Vieux Dragon   Mar 15 Nov - 17:13

RP Tour 4 : Lord Alyn Frey, sire de Salvemer

Beaucoup voyaient Salvemer comme un port fortifié. Ils avaient tort. C'était une forteresse dotée d'un port. Les murs épais qui bordaient la côte et encadraient la cité en était la preuve incontestable. La place forte avait été construite avant même la conquête d'Aegon, pour protéger leonflans des invasions de ces rapias de Fer-Nés. C'était l'un des plus vieux châteaux de la région, et l'un des plus solides. Si impressionnant que pas une seule fois depuis sa construction il n'avait été attaqué. En même temps, des pillards comme les Fer-Nés n'étaient pas vraiment enclins à attaquer un ennemi réparé. Leur lâcheté définissait leur façon d'agir. Salvemer n'était pas pour autant amollie par ces siècles de paix relative. Si les pillards ne tentaient plus de pénétrer le Conflans, des raids sur les côtes au nord survenaient de temps à autre, et la cité devait alors agir.

Intérieurement, Lord Alyn trouvait presque bénéfique cette tension relative: ses hommes ne s’amollissaient pas, mais pas une fois il n'avait dû faire sonner la tour Retentissante. Cette dernière trônait près de la côte, dans un petit castel, et surpassait toutes les autres. A son sommet, une immense cloche de bronze permettait de sonner l'alarme en cas d'attaque. Et fournissait accessoirement un poste de guet redoutable.

Le port n'étant cependant pas sans activité. Quelques navires marchands mouillait ci et là, et le marché était vivant. Les cris des marchands montaient jusqu'à sa chambre. Celui que l'on surnommait le Jeune soupira, et releva les yeux de ses papiers. Il n'aimait pas la paperasse. L'adrénaline, par contre... Que ce soit la traque d'une future conquête ou la fureur d'un duel, elle le rendait plus vivant. Jamais il ne pourrait comprendre comment son oncle faisait pour passer autant de temps assis à lire des colonnes de chiffres.

Lord Elston lui avait d'ailleurs envoyé de nombreuses lettres, décrivant la cour, et les jeunes héritières. Un mariage semblait de plus en plus fatal. Cela dit, il n'avait pas fait que discuter de tout et de rien. La lettre qu'Alyn tenait entre ses mains contenaient des instructions bien plus intéressantes. Si les Jumeaux et Salvemer collaboraient contre la vermine...

-Gerald! cria le Lord.

Un homme en tunique de mestre entra dans la pièce quelques minutes plus tard.

-Oui mon Lord?
-Préparez un corbeau pour les Jumeaux. Il est grand temps de nous débarrasser de tous ces brigands.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anarchnid

avatar

Messages : 196
Date d'inscription : 13/11/2016

MessageSujet: Re: Tour 4 - Le Tournoi du Vieux Dragon   Lun 28 Nov - 23:50

RP Dorne : tour 4
Meenah Martell - Membre du Conseil Restreint

Le tournoi se préparait… Sans doute Meenah Martell devrait-elle y jouer la dame, s’asseoir en tribune, y recevoir des hommages et saluer mollement de la main. L’époque simple où elle prenait régulièrement les armes pour défier sa sœur et son beau-frère, sous le regard bienveillant de son père, lui manquait. Devant tous ces Lords, tous ces ennemis potentiels, pensa-t-elle, il vaut sans doute mieux que je reste dans mon rôle de séductrice : les nobles n’aiment pas les femmes qui combattent. Enfin, pas tous les nobles, n’avait-elle pas eu l’occasion de s’entrainer aux armes avec un charmant seigneur ?
Elle examina sa lance, au milieu des draps de son lit, entre les courtisanes endormies et satisfaites. Elle plia et déplia sa poigne. Comme elle avait envie de la saisir à nouveau !

Et ce débile de Cendregué qui s’était fait tué ! Quel gâchis ! Encore quelques années et il aurait fomenté une vraie rébellion, on serait parti en guerre, elle aurait pu mener ses armées ! Soupirant, la Dame de Lancehelion enfila sa tunique et sorti de ses quartiers. Elle avait renforcé la sécurité du bordel Chataya ces dernières semaines, mais cela ne suffisait toujours pas à la rassurer. En tant que nouvelle maitresse des espions, elle connaissait mieux que personne le nombre affolant de failles de sécurités que les bâtiments de Port-Réal pouvaient amasser… Allons, Meenah, depuis la mort de ton père tu lutte pour te maintenir au pouvoir, ce n’est pas quelques risques supplémentaires qui vont t’effrayer ! Elle n’avait pas peur, à vrai dire. Elle était méticuleuse, et savoir qu’il y avait des points qu’elle ne maitrisait pas, ici à la Capitale, la frustrer au plus haut point. Tout comme l’impossibilité de s’exercer aux armes en publique l’exaspérait.

Mais elle devait se contrôler, les enjeux étaient bien trop importants pour qu’elle se laisse aller à des gamineries dignes de sa sœur. Saisissant un parchemin, elle inspecta l’ordre du jour.

Un petit sourire se dessina sur son visage. Elle aimerait bien se faire déclarer reine d’amour et de beauté, après tout… y arriverait-elle en portant son armure de parade ? Cela allait choquer quelques nobles conservateurs, pour sur… mais le bas-peuple avait besoin de la craindre autant que de l’aimer. Et, qui sait, peut-être y aurait-il de l’agitation !


Dernière édition par Anarchnid le Lun 28 Nov - 23:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anarchnid

avatar

Messages : 196
Date d'inscription : 13/11/2016

MessageSujet: Re: Tour 4 - Le Tournoi du Vieux Dragon   Lun 28 Nov - 23:54

RP événementiel

Mako Forrest - le Tatoué




Mako Forrest regardait la fine poussière qui, dans les rayons de soleil traversant les vitraux, prenait l’aspect d’une poudre étincelante. Elle semblait tomber au ralentit, encore plus lentement que d’habitude. Par les Sept, qu’est-ce qu’il pouvait s’ennuyer…

Lord Forrest n’avait qu’une envie : rentrer chez lui. Il ne se sentait clairement pas à sa place, ici, à Port-Réal ; et, si servir la Princesse de Dorne était la moins pénible des choses, il n’aimait décidément pas les grandes villes, les grands Lords, et les grandes cérémonies. Tout cela lui semblait futile, quand bien même se jouait la mort d’une personne.

Mettre à mort n’était pas un acte délicat et précieux, mais au contraire quelque chose d’extrêmement banal, et Mako se demandait pourquoi tous ces nobles prenaient un air si grave. Lui-même avait brisé des crânes et découpé des têtes dans les derniers mois, sur ordre de Meenah, et personne n’avait été là pour s’assurer que le travail soit bien fait… Si on lui avait demandé, sans doute aurait-il conseillé de trancher la gorge de Vaella Feunoyr dans sa cellule même, il n’y avait même pas besoin d’un procès ou de toutes ces choses qui sont censées rendre la mort plus "humaine". Mais, bien évidemment, personne ne lui avait demandé son avis. Pas que Lord Forrest ait un avis très prononcé qu’il souhaite exprimer, d’ailleurs. Il gardait ses mots pour lui-même, et se disait que le monde serait plus simple si tout le monde faisait de même.

Le grand hall royal était plein à craquer de courtisans et de seigneurs. Mako sentit qu’on tirait sur sa corde, et mit aussitôt la main sur Azure qui essayait de ronger l’attache de son harnais. Il la souleva d’une main distraite, et plongea son regard dans le sien alors que la gosse de six ans et demi commençait à parodier des cris d’animaux et à gesticuler.

— Reste tranquille, ordonna-t-il dans un langage compris d’eux seuls.

— J’ai envie de courir ! protesta celle que toute la cours surnommait déjà, dans le dos de Mako, "Sale Gosse".

— Reste tranquille, répéta le Tatoué.

Peu loquace, mais explicite. La gosse fut reposée à terre, et se mit bouder. Autour d’eux, les nobles et les spectateurs non habitués au spectacle de Lord Forrest et de sa nièce en laisse reculèrent un peu, intimidés. Il faut dire que Lord Forrest avait de quoi : plus de deux mètres, une face inexpressive, et une peau tannée par le soleil, couverte de tatouage de la tradition Dothrakis, jusqu’à son visage. Qui ne le connaissait pas et le croisait inopinément n’en croyait pas ses yeux, sans parler que les bref échanges qu’il avait avec sa nièce ne se faisait pas en langue commune, mais en Dothraki, une langue qu’il avait apprise en Essos et que, par l’improbabilité la plus totale, Azure avait choisi comme sa préférée. Ils étaient un duo très hermétique, et cela leur convenait fort bien.

Quoi qu’il en soit, aujourd’hui, l’attention n’était pas dirigée vers eux, mais vers la Feunoyr qui, en bas des marches menant au Trône de Fer, venait de prendre place à la barre des accusés. Le procès n’avait pas été long, expéditif même, tout au plus deux bonnes heures à se tenir debout puis une demi-heure où le Roi et le Conseil s’étaient retirer pour discuter avant de revenir avec leur sentence qu’ils allaient à présent dévoiler.

Aenar Targaryen se leva, ferme et l’expression fermée. D’une voix dénuée de toute émotion, il dit :

— Moi, Aenar Targaryen, Roi des Andals, de Rhoynar et des Premiers Hommes, Seigneur des Sept Couronnes et Protecteur du Royaume, vous reconnait coupable, Vaella Feunoyr, des fautes ici énoncées, que l'on ne peut pardonner, eut égard du traitre héritage de votre lignée. Par conséquent, je vous condamne à la seule peine acceptable : la mort.

Mako ne pouvait la voir de là où il était, mais Vaella Feunoyr ne semblait pas très surprise, ni très véhémente.

— Elle n’a pas un bébé ? demanda d’en bas sa nièce, qui avait retiré une de ses bottes et se grattait les orteils.

Mako hocha de la tête.

— Et on va en faire quoi ?

Il haussa les épaules. Lord Forrest n’aimait pas parler.

Des gardes du Roi saisirent la Feunoyr, et on dégagea alors un chemin vers la grande porte où ils commencèrent à se diriger. La salle se vida lentement, suivant le cortège de Vaella mené par le Roi et sa Main. Les autres Lords, eux, suivirent d’un peu loin, entourés de leur garde. Mako rejoignit celle la Princesse de Dorne alors qu’elle lui faisait un discret signe de la main.

Glissée dans une robe de soie aux reflets de blé et d’or, Meenah Martell rayonnait de grâce. Les derniers mois avaient étés éprouvant pour elle, et Lord Forrest pourrait jurer voir quelques rides commencer à marquer sa physionomie. Entourée de sa garde rapprochée, parmi laquelle Golgoth Sand et Victarion Karmath, ses deux gardes d’élites, serrés dans leurs armures au teintes de bronze, et toute sa cour, que ce soit des jeunes Seigneurs comme Quentyn Noirmont, ou des proches comme Makoum le gérant "officiel" du bordel Chataya. Mako n’était à l’aise avec aucun d’entre eux, et se désespérait de voir que Meenah leur accordait de l’attention. Pas qu’il tienne, comme cette bande de jouvenceaux, à la mettre dans son lit, mais, en plus d'être une amie de longue date, la Dame de Lancehélion était une des rares nobles à ne pas lui tenir des discours pompeux et creux. Lord Forrest appréciait les gens directs ; c’était une des rares choses qu’il aimait.

— Ravis de vous avoir ici, Lord Forrest, vous et votre nièce Azure, lui dit-elle. J’espère que ce ne fut pas trop ennuyeux…

— C’était ho-ri-ble ! soupira lourdement sa nièce. On peut rentrer maintenant ?

Mako ne la réprimanda pas, dans le fond il était d’accord. La Princesse l’interrogea du regard, et il se souvint que personne d’autre ne parlait le Dothraki propre à la gosse.

Il ne prit pas la peine de traduire pour autant.

— La petite semble impatiente, déclara, un brin cavalier, Lord Noirmont. Ne t’en fais pas : le spectacle sera sympa : la traite fera "couic", et on rigolera tous un bon coup !

Azure l’ignora totalement. Même si elle comprenait parfaitement la langue commune, sa nièce n’adressait la parole qu’aux personnes qu’elle appréciait bien, et le jeune homme n’en faisait manifestement pas parti. Mako approuva silencieusement : lui non plus ne l’aimait pas.

Il prit place, sans un mot, dans le cortège, et suivit la Princesse alors que l’on quittait le Donjon Rouge.

Ils traversèrent Port-Réal. Le peuple, à leur passage, commençaient par huer et insulter la Feunoyr, puis chuchotaient admirativement lors du passage des Lords d’importance. Mako trouvait cela futile : les gens pouvaient bien s’extasier devant les armures du Bief, les lances de Dorne, ou les imposantes carrures des Nordiens, cela n’avait aucun intérêt pour lui.

— Dame Meenah, parla-t-il après plusieurs minutes de progression lente dans les rues de la capitale. Quand cette formalité sera fini, auriez-vous encore besoin de moi ?

Elle lui lança un regard en coin, et chuchota à l’oreille de Victarion son garde. Ce dernier, dont Mako appréciait la cicatrice sur le front mais détestait le jolie minois, s’esclaffa de rire et parti faire la conversation à Quentyn Noirmont et à sa clique de jeunes courtisans, les éloignant un peu, assez pour que Golgoth sand, le second garde, puisse positionner ses hommes de manière à couper la Martell et les Forrest du reste de la foule.

Ce ne fut que lorsque cela fut fait que Meenah lui répondit :

— J’ai beaucoup apprécié les services que vous m’avez rendus, Lord Forrest, sincèrement. Merci de m’avoir suivi à Port-Réal, vous faites partie des rares personnes qui m’ont permis de garder la tête sur les épaules. Je vois bien que la capitale n’est pas une place qui vous convient, pas plus qu’à la petite Azure… Si je peux faire quoi que ce soit, demandez-le : je suis votre obligée.

— Je veux rentrer chez moi, déclara simplement Mako.

La Princesse ne s’offusqua pas de son ton direct, elle le connaissait depuis des années et savait qu’il économisait les mots presque autant que Lord Stark.

— Si c’est ce que vous souhaitez, je vous l’accorde, même si je tiens à votre compagnie. Une fois la tête de la Feunoyr sur les pavés, passez me consulter à la maison Chataya et je vous affaiterais un navire.

— Merci, Princesse.

— A ce propos, continua-t-elle, je vois la plupart de vos guerriers avec nous, mais où est votre ami Dothrakis ?

— Doggo a la chiasse, répondit la gosse en tirant sur sa laisse.

— Doggo est toujours malade, traduisit Mako. Il est resté dans nos quartiers.

— J’espère qu’il se remettra vite alors ; quelle déception cela a été de ne pas pouvoir le voir jouter lors du tournoi ! Peut-être votre voyage retour verra-t-il son état s’améliorer…

Doggo, en bon Dothrakis, avait le mal de mer : pas sûr que le voyage de retour en bateau lui fasse grand bien… mais Mako n’en dit rien.

— Mais je ne vous retiens pas plus, Lord Forrest, salua Meenah. J’ai des obligations, mais vous êtes libre de rester à mes côtés si le spectacle de l’exécution ne vous semble pas… "déplacé" pour les yeux de votre nièce.

Mako n’y avait pas encore réfléchit. Il haussa les épaules, et tira la gosse en arrière avant qu’elle ne commence à tirer sur la robe de leur suzeraine. Les gens se préoccupaient parfois de choses étranges… une exécution demandait-elle un âge minimum ? Il ne le pensait pas, mais se promit de demander à son mestre lorsqu’il rentrerait. En attendant, il n’avait pas sorti la laisse et fagoté sa nièce pour rien ! Il avait sorti leurs plus beaux habits pour ce jour : lui, avait enfilé le ceinturon d’or ancestral de sa famille, ainsi que les gantelets ouvragés dont lui avait fait don Meenah des années plus tôt, et il avait habillé Azure de ses plus beaux tissus. Si, à a Tombe-du-Roy, sa nièce se baladait dans son plus simple appareil, il s’était, une fois à Port-Réal, imposé une discipline beaucoup plus stricte. En résultait les beaux habits et la laisse : la connaissant, elle était capable de filler en un instant, simplement attirée par quelque chose que seule elle aurait remarquée. Ils n’étaient plus dans leurs montagnes adorées : ici, tout était dangereux, et si quelqu’un osait poser la main sur son enfant… Mako Forrest ne répondait plus de rien.

Ils se séparèrent de la Maitresse des Chuchoteurs, et elle retourna à son jeu de cour. On aperçut bientôt les pointes du Spetuaire de Baelor, car c’était sur son pavé que devait se tenir l’exécution. La foule se pressait, se tortillait, et Lors Forrest finit par faire grimper sa nièce sur ses épaules pour éviter qu’elle ne soit trop secouée. Mauvaise idée, car celle-ci commença à le décoiffer alors qu’il avait mis près d’une heure à faire tenir son chignon…


Au centre, sur la place, Vaella Feunoyr fut amenée à l’estrade. Prirent place les principaux Lords en présence, puis le Roi. On fit venir le bourreau, et le Maitre des Lois, Thales Arryn, le Chevalier Faucon, énonça la liste des fautes :

— Pour trahison envers la couronne, acte de guerre à l’encontre du souverain légitime, soutient à la rébellion et meurtre par procuration, la justice royale vous a, Vaella Feunoyr, condamné à la peine capitale ! Que chacun prenne acte ! Avez-vous une dernière volonté ?

Vaella Feunoyr ne parla pas, le regard dans le vide. Mako douta même qu’elle soit consciente de ce qui l’entourait.

Le Boureau prépara sa hache. C’était un homme énorme, sombre et inquiétant. La foule hésitait encore entre retenir son souffle et crier des insultes mais, peu à peu, le silence se fit. Vaella releva lentement les yeux, hagarde, et on put l’entendre murmurer :

— Daemon était le Roi légitime…

La hache coupa court à ses revendications. Le silence se brisa, et on hurla, hua, applaudit, on fit éclater les pavés d’exclamation d’hystérie collective.

Sur ses épaules, Azure remua.

— Les gens d’ici sont vraiment bizarre… Elle n’a même pas beaucoup saignée, pourquoi sont-ils si joyeux ?

— Parce qu’elle avait du sang de dragon, et qu’il est rare de le voir couler.

Mako Forrest parlait peu, mais parlait bien. Il n’aimait décidément pas l’air de la capitale et, alors que les Lords descendaient de l’estrade, il se promit de prendre des vacances au plus vite. Aucun d’eux ne jouait franc jeu, et le montagnard se demandait quel serait le prochain prétexte qu’ils trouveraient pour faire couler le sang.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Melcy

avatar

Messages : 18
Date d'inscription : 15/01/2017

MessageSujet: Re: Tour 4 - Le Tournoi du Vieux Dragon   Dim 15 Jan - 12:01

Double mariage Lannister-Tully


Tywald Lannister se tenait assis dans un coin de la salle ou les réjouissances avaient lieu, peu enclin à y participer. La soirée était déjà bien entamée à Vivesaigues et la cérémonie du mariage déjà passée. Son rôle ce jour-ci n'était que figuration. L'honneur était aux jeunes mariés.
Nombreux étaient les hommes du Conflans présents, même le Lord de Salvemer étaient venus assisté aux mariages. Seule l'absence de Harwyn Tully avait été constatée, mais bien sûr en tant que Main du Roi, il était difficile pour lui de pouvoir quitter la capitale et tous les hommes présents ici le comprenaient. Le Lord des Conflans avait donné sa bénédiction aux jeunes mariés, et Tywald Lannister avait tenu à être présent pour montrer que l'alliance qu'impliquait ces mariages n'étaient pas prise à la légère.
Le Lord de Castral-Roc observait ses héritiers d'un air satisfait depuis son siège : Joanna Lannister, du haut de ses quatorze ans, paraissait quelques peu intimidé par son nouvel époux Edmond Tully, mais se tenait droite à ses côtés et se comportait déjà comme une Lady. L'héritier Tully lui aussi faisait honneur à son rang.
Tytos Lannister affichait quant à lui un air serein et semblait ravi par sa nouvelle épouse Adele Tully.
Après un moment, alors que la nuit était déjà tombée, il y eut un regain d'énergie par l'assemblée lorsque que Edmond Tully se leva et se retira, entraînant avec lui sa jeune épouse. Tytos Lannister et Adele Tully ne tardèrent pas à en faire autant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anarchnid

avatar

Messages : 196
Date d'inscription : 13/11/2016

MessageSujet: Re: Tour 4 - Le Tournoi du Vieux Dragon   Mer 15 Nov - 22:29

par DorianGray » il y a un an
RP Tour 4

J'ai enlevé le RP car il était mauvais, à la place je vous fais un joli récap politique.

Pour vos points de faction et autres, envoyez moi un Mp Booknode, ça me permettra de savoir qui est encore sur le jeu ou pas ; ceux qui ne m'auront pas envoyé le message de confirmation avant, disons, le 21, je considère que cette personne n'a pas l'intention de poursuivre le jeu.



Les ruelles de Port Réal - c'était coutume - se remplissaient de couleurs. Autant par contrainte que bonne volonté, les habitants avaient vaguement redorée la ville dans l'idée de tirer quelconque profit de l’afflux de voyageurs en ville. Les marchands tentaient de faire briller le peu de choses qu'ils avaient à vendre, les forgerons avaient déployés leurs plus belles pièces, les aubergistes redécoraient les façades. Une agitation sans précédente pour tirer plein profit du tournoi qui allait venir ; car si celui ci coûtait une forte somme au Roi, les habitants s'en tiraient très bien.
Une certaine angoisse restait tout de même, notamment chez les nobles. Le meurtre d'Ulysse Cendregue avait laissé des séquelles chez l'aristocratie, et une peur inconsidérée du camp Feunoyr. Cette peur était un climat propice à l'intrigue. Idéale pour tisser des alliances autant que pour en défaire, les nobles se cherchaient des alliés et craignaient leurs ennemis.

Toute cette effervescence n'a pas non plus relégué à demain le procès Feunoyr. Les multiples arrestations des dernières semaines ne sauraient tromper sur la situation : celui ci approchait.
Les troubles entre les deux Dragons avaient reprit. Notre cher Roi et son oncle avaient su s'unir face à une menace contre leur dynastie, mais une fois ce trouble fini, les rivalités entre les deux reprirent de plus belle. La nomination du Vieux Dragon au poste de Grand Amiral n'a rien calmé, et une lutte d'influence est fort probable, d'autant que la faction Tully prend de l'importance au sein du château, avec notamment l'arrivée dans la Garde Royale d'un des neveux, mais aussi la nomination de nombre de membres de la suite de la Main du Roi à divers postes.

Dans Port Réal, la lutte de pouvoir se poursuit entre les espions. La mort de Cendregue aura visiblement créé de gros troubles chez la Guilde des Voleurs, dont il était visiblement le fondateur, et ce avec en plus les purges organisées par la Main du Roi et ses frères. De ce fait, les divers réseaux d'espions semblent avoir du mal à cohabiter, et c'est bel et bien celui des Dorniens, qui ont établi leur quartier général dans le bordel de Chataya, qui a prit le dessus. Tout le commerce d'information circule désormais de par chez eux.

Le Tournoi, quant à lui, promet d'être l'un des plus florissants de ces dernières années. L'absence de réelle guerre violente ces dernières années a encouragé les vocations chevaleresques, et un grand nombre de chevaliers errants vient se représenter au tournoi, alors que le nombre de chevaliers fieffés, lui, est plus faible que prévu. Seuls les Tyrell et les Baratheon semblent prometteurs dans ce tournoi, bien que nombre d'épées à louer célèbres ait fait leur apparition. Nul doute que ce tournoi établira un nouveau rapport de force entre les divers jouteurs.

Au niveau du commerce, le milieu d'été dans lequel nous nous trouvons aura favorisé les échanges commerciaux, et les grand travaux lancés notamment dans les Conflans ont encouragé le banditisme ; il est fort à prévoir qu'en l'absence de réelles contre mesures, la sécurité sur les routes aille à baisser d'un cran.



C'était le bulletin météo de Westeros par un homme qui fait sa rentrée demain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anarchnid

avatar

Messages : 196
Date d'inscription : 13/11/2016

MessageSujet: Re: Tour 4 - Le Tournoi du Vieux Dragon   Mer 15 Nov - 22:30

par Cendregue » il y a un an
Ce soir encore elle ne trouva pas le sommeil. Vaenna Feunoyr se considérait comme une mouche dans un piège à miel. Les pattes collées dans le liquide jaunâtre, de débattant mollement pour vivre alors que son sort était déjà scellé. Elle repoussa sa belle chevelure blonde vers l'arrière et se pencha vers le berceau de son fils. La dame de cendre contempla son enfant dans la douce lumière prune du crépuscule. Le bébé semblait immobile, presque mort... Heureusement sa poitrine se soulevait lentement. "Les enfants ont le privilège incroyable de faire des rêves ce qui n'était pas donné à tout le monde" se dit-elle.
Elle quitta le berceau pour s’asseoir sur le rebord de la fenêtre. Voilà où elle passait ses journées. Prisonnière dans cette chambre de 30 mètres carrés avec pour seule compagnie une servante qui venait tous les matins et tous les soirs sans lui adresser la parole. Plus le temps la rapprochait de son exécution plus elle avait l'impression de devenir folle, passant parfois de longs jours sans manger.
Lasse elle regarda la journée tomber sur la ville rouge et ocre. Les grains inexorables du temps s'écoulaient et la lumière décrût à toute vitesse enveloppant la pièce dans un nuage sombre. Dans le noir total la ville perdait son intérêt. Elle se dirigea vers son lit tout en sachant que ça ne l'aiderait pas à trouver le sommeil. Finalement un coup d’œil vers le coin de la pièce où le berceau était posé lui fit changer ses plans.
Allumant un cierge elle se pencha au dessus de son fils pour l'admirer dans la lueur âpre de la bougie. Ses traits étaient adorables. On eut dit que toute l'innocence du monde vivait sur le visage tranquille de ce bébé. Ses yeux encore fermés enfermés dans un rêve merveilleux le bébé semblait candide, tranquille. Puis... L'enfant se mit à bouger dans son sommeil, comme gêné par quelque chose. Emmargeant de son sommeil salvateur le petit être de chair se tourna vers sa mère et la fixa droit dans les yeux. Elle en resta sous le choc. Son bébé venait d'ouvrir les yeux et la contemplait. Il semblait pensif, comme si la vision de sa mère l'inspirait profondément. elle caressa sa joue toute tiède et le bébé lui sourit. Un sourire sans dents mais gorgé d'amour. Un sourire magnifique sur un bébé magnifique... Quoique ? Qu'est ce que cette crotte de pigeon sur son front elle réalisa trop tard!
Ce n'était pas une fiente mais la cire de la bougie qui coulait depuis 6 minutes sur le crane du bébé dans un mouvement d'horreur la reine de cendre voulut enlever les bouts de bougies qui coulaient en cascade sur la fragile tête de son fils. Elle se brûla en touchant les résidus de bougies ce qui lui arracha un petit cri. L'enfant lui ne bougeait toujours pas, fixant sa mère avec une perplexité des plus explicites.
Un silence lourd tomba sur la pièce. grattant du bout de l'ongle la cire, Vaenna constata que le crane de l'enfant n'était pas brûlé. Même pas rouge. Il gardait sa couleur de pêche mais son visage se tordit d'un rictus signalant sa faim imminente qui s'accompagnait souvent d'un cri strident. Intriguée Vaenna serra le bébé contre sa poitrine et tendit que celui ci se nourrissait goulûment du fruit de sa poitrine; elle plaça le petit corps au dessus de l'âpres où une grosse bûche brûlait lentement.
Dans un geste qu'elle ne s'expliqua pas et telle Thétis, La reine de cendre posa doucement son bébé dans le foyer. Celui ci attrapa nonchalamment un charbon de bois ardant et le mâchouilla doucement.
Elle se tourna vers son bébé qui posa sur elle des yeux émeraude. Oui. Son bébé avait bien ouvert les yeux. Elle n'était pas une mouche mais un dragon. Elle se pencha sur son bureau et commença à rédiger sa défense. Elle devait vivre. Pour son fils. Pour la maison Feunoyr. Pour vivre!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anarchnid

avatar

Messages : 196
Date d'inscription : 13/11/2016

MessageSujet: Re: Tour 4 - Le Tournoi du Vieux Dragon   Mer 15 Nov - 22:30

par yarduoc » il y a un an
RP Tour 4 : Maison Qorgyle


Le soleil commençait déjà à se coucher lorsque Lord Tarek sortit de son entrevue avec lord Hightower. La négociation n'avait pas été facile mais cette entreprise en valait la chandelle. Et un rapprochement même minime et commercial entre Dorne et le Bief ne pouvait que renforcer le sud. Lord Tarek eu une petite pensée pour les seigneurs du Nord et du Conflans qui pourrait s'inquiéter de cette première pierre diplomatique qui pourrait être la base de quelque chose de plus grand entre les deux puissances du Sud. Ou bien n’être qu'une première pierre posée au milieu de nulle part et ne menant à rien de plus. Qui sait ? Même dans l'esprit changeant et sombre du seigneur du Grès cela était flou mais il s'en amusait.

Alors qu'il s'éloignait de la demeure du vassal de Lord Tyrell, un homme encapuchonné qui semblait l'attendre dans la pénombre s'approcha.C'était apparemment un de ses soldats alors Lord Qorgyle se dirigea vers lui et une discussion murmurée dans les ombres eu lieu.
- Mon Lord quelle est donc l'issue de cette entrevue ?
- Elle fut très fructueuse ...
- Que faisons nous maintenant ?
- Rentrons... Et faites moi apporter du papier.

Ils avancèrent alors dans la pénombre, longeant des ruelles pendant un certain temps en s'assurant de n’être pas suivi avant d'entrer dans un bâtiment par une porte de derrière. Une fois dans sa chambre Lord Qorgyle sortit sa plume et commença à écrire une première ligne sur le parchemin que son garde venait de lui apporter.

" Mon cher chambellan Antonin , j'ai une très bonne nouvelle : Nous allons pouvoir construire un bordel..."

Que voulez vous, on ne change pas Dorne en un jour...

Image

La "Maison des Charmes du Désert" qui ouvrira à Vieille ville d'ici trois mois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anarchnid

avatar

Messages : 196
Date d'inscription : 13/11/2016

MessageSujet: Re: Tour 4 - Le Tournoi du Vieux Dragon   Mer 15 Nov - 22:31

par DorianGray » il y a un an
Récap Tour 4 - Le Tournoi du Dragon


Au 4ème jour du tournoi, alors que les différentes épreuves se succédaient, voyant gloires et déboires de nombres de nobliaux et chevaliers errants, un événement perturbateur vint s'imposer en la personne de Daeron Tagaryen.
Celui ci, accompagné de cinq chevaliers, déclara Vaella Feunoyr Reine d'Amour et de Beauté, se portant prétendant pour l'épouser.
La panique prit son comble quand, en lieux et place des hommes d'armes du roi, des dizaines d'hommes du commun, de manants et d'hommes en armes accoururent de tout part, sous l'emblème Feunoyr, partout sur le terrain de lice.
Cependant, alors même que le Vieux Dragon, fier comme un paon, et se voyant déjà couronné, ordonnait à ses hommes de tuer le Roi, dont la Garde Royale et les Manteaux d'or formaient un mur protecteur autour, et alors même que les plus attentifs remarquaient que les vêtements des Feunoyr étaient maculés de sang, c'est le Dragon qui se trouva criblé de carreaux, alors même que ceux qu'il prenait pour ses alliés criaient "Cendregué ! Cendregué !". La confusion fut à son comble, quand, voyant la scène se dérouler, la Main du Roi et son frère se ruèrent au bas de la loge accompagné des plus hardi des manteaux d'or. Mais, ayant prévu leur coups, les tueurs décochèrent leurs carreaux dans la foule, et ce afin de créer un mouvement de panique. Celui ci réussit, et les communs s'enfuyant de tout part, ils se séparèrent de leurs vêtements et se mêlèrent à la foule. Hardi, Tully et son frère réussirent vaguement à neutraliser trois des traîtres, tandis que Lady Martell et ses hommes tentaient vainement de calmer la foule.

La mort du Vieux Dragon en traître fit naître une sorte de mythologie vis à vis de Cendregué ; certains le disent morts et voient en les tueurs des vengeurs ; d'autres le pensent vivant et agissant dans l'ombre ; d'autres encore sont persuadés qu'il s'agit d'une manigance de la Main. Ce qui est sur, c'est que l'événement redore le blason du Roi, malgré l'apparente affaiblissement que représente la trahison, le pouvoir central étant débarrassé d'un traître et un imposteur, il s'en trouve renforcé. Tully lui même n'est pas en reste, ayant démontré au peuple son courage, malgré ce que certains apparentaient à un excès de zèle dans son action visant à capturer des gens qui n'agissaient pas contre lui.


Image

La situation des Sept Couronnes n'a pas prit l'allure violente qu'on lui aurait donné suite aux événements du Tournoi, d'ores et déjà renommé "La Chute du Dragon" par le peuple. Les avis sont mitigés dessus, ce sera au final à celui qui saura s'en tirer le mieux d'apprécier les avantages politiques d'un tel événement.

La question de l'héritage Cendregue est définitivement résolue, Lord Logan Rowan étant désormais dépositaire des domaines du défunt seigneur, n'ayant pas annoncé si il comptait faire renaitre le nom de Cendregue, donner les terres à un seigneur mineur, ou en faire usage comme dot de mariage. Le Bief et la Couronne sont arrivés à un consensus total, lord Tyrell et la Main du Roi s'étant immédiatement mis d'accord pour faire de Lord Rowan l'héritier.

Après plusieurs semaines de violents combats, l'anarchie ayant accompagné la succession à la tête de la Guilde des Voleurs s'achève enfin. Peu d'informations circulent sur son actuel chef, mais les activités du groupe sont désormais encore plus clandestin qu'au temps Cendregue. La guilde des marchands, de son côté, annonce un renouveau du commerce en Westeros ; en effet, il semblerait qu'une guerre entre Myr et Tyrosh s'annonce, et que nombre des autres cités libres gravitent autour. De facto, les importations et exportations en Westeros vont très vite se retrouver bien plus lucratives et beaucoup moins périlleuses.

Dans les Conflans, une répression toujours plus importante s'organise face au banditisme assez important, et ce par la levée massive de garnisons afin de sécuriser les villes, des peines toujours plus sévères et des patrouilles sur les routes. On note également le lancement de grands travaux de construction dans toute la région. Un événement troublant vient cependant ponctuer les dernières journées, car plusieurs hommes d'armes Tully ont été assassiné les trois derniers jours, sans qu'on sache le motif exact du crime. Les histoires vont à bon train là dessus, mais il est certain que le message est passé.
HRP : Il apparait cependant qu'à l'énoncé du crime, le lord concerné aurait dit "de toute façon des trucs comme ça j'en ai plein"

Dans le Bief, une habile réforme agraire couplée à d'excellentes récoltes font éclater à nouveau la richesse de la région aux yeux de tous. Si la coopération avec Dorne n'a jamais été leur point fort, on note cependant la construction d'un bordel de luxe dornien à Villevieille. La situation dans la région est calme, les vassaux suivent visiblement de plein gré le seigneur dans sa réforme, et malgré la question récente de l'héritage, le Bief apparait comme plus uni que jamais sous l'égide Tyrell.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anarchnid

avatar

Messages : 196
Date d'inscription : 13/11/2016

MessageSujet: Re: Tour 4 - Le Tournoi du Vieux Dragon   Mer 15 Nov - 22:31

par CadmosConquest » il y a un an
Lord Rowan sourit brièvement. Le souvenir de son combat contre la martell, qui s’était révélé plein de surprises, avait enjolivé sa journée, et il passait une merveilleuse soirée. A ses côtés, son connétable traitait la paperasse, répondait aux lettres de son fils, qu’il rechignait à écrire plus par flemme que par manque d’amour paternel. Une fois que Phylostos eut fini de signer une dernière lettre, l’acte qui approuvait la mise en place d’un marché appartenant aux Rowans près de Port Réal, il souffla avant de saisir la pile de documents et de la tendre à son maître :

« My Lord, c’est à vous ; une signature en bas de page, pour chacune des feuilles. »

Rowan soupira, avant de saisir la pile de papier, de se mettre au bureau, puis au travail. Son vassal le regardait d’un air étonné.

« Eh bien, je ne m’attendais pas à tant de ferveur de votre part… Moi qui pensais trouver un homme dépité, et anxieux.

-Pourquoi le serais-je ?

-Eh bien… Ulysse Cendregué est mort, n’est-ce pas ? Et ses ennemis en ont sans doute après vous, et j’ai par conséquent renforcé votre garde d’élite, et vi que vous n’aimez pas être enfermé…

-Oh, si, cela me fait de la peine, et d’avoir une liberté restreinte, et d’être privé d’un de mes amis. Mais, dans un cas, je peux toujours faire le mur, et dans le deuxième, il faut avouer que Cendregué, bien que sa mort me peine, a eu ce qu’il cherchait. Il a secoué ses fesses devant tout le monde, et on a tiré une flèche en plein dedans ; elles faisaient une trop bonne cible…

-Mais ses meurtriers, ils pourraient s’en prendre à vous et…

-Hm, mon cher, vous ne comprenez pas trop ; Cendregué a voulu jouer cartes sur table, et il a perdu toute sa mise, quoi de plus normal ? Et ceux qui ont orchestré ce meurtre n’ont fait qu’attraper la perche que Cendregué leur tendait. Tant que je ne me mets pas dans la même situation, aucun risque que l’on vienne me chercher des problèmes… Et puis, cela finirait par déclencher une guerre, et, ne mentons pas, le domaine laissé vacant, qu’il me lègue dans son testament, n’est pas déplaisant à recevoir. D’ailleurs, vous penserez bien à vous occupez de tous les problèmes juridiques et administratifs ; je me sens de bonne humeur, aussi je vous aiderai un peu plus que d’habitude.

-Très bien, mais je soutiens que vous devez rester sur vos gardes, compris ?

-Tss, vous êtes trop précautionneux…

-Et vous, vous ne l’êtes pas assez.

-Et bien à nous deux, cela fait la paire. »

Puis il traça une dernière lettre d’un mouvement adroit du poignet, et, reposant sa plume, il tendit la pile de feuilles fraîchement signées à son connétable.

« Voilà. J’ai fini. »

Au moment même où Phylostos rangeait la dite pile dans le tiroir de son office, les gardes postés en dehors de la porte arrêtent un homme, essoufflé. Celui-ci montre un ordre reçu de Lord Tyrell, et Rowan, d’un regard, commande à ses hommes de lui laisser le passage. L’homme entre tandis que Rowan se lève. Sans même reprendre son souffle ni saluer (et de toute façon, Rowan considérait les saluts de ses vassaux comme du temps perdu), l’homme balbutia :

« My Lord ! Au tournoi, l’oncle Targaryen, a tenté d’embusquer notre roi… avecune armée… »

Le visage de Phylostos blêmit, Logan leva un sourcil.

«- Et donc- fit ce dernier- le roi est mort ?

-Non, my Lord… d’autres individus, encapuchonnés, ont entièrement décimé l’armée du Targaryen, avant de s’infiltrer en masse… amés d’arbalètes… ils ont assassiné le Targaryen, puis ont tiré sur la foule pour créer le chaos et s’enfuir… »

Le deuxième sourcil de Logan s’était levé.

« Et ce n’est pas tout ; en accomplissant leurs actes, on pouvait entendre les inconnus crier… « Cendregué ! », « Cendregué ! »… »

Il s’arrêta là, il n’avait plus rien à dire, laissant l’information monter jusqu’au cortex des deux hommes, avec les multiples déductions qui en découlaient. Après un bref instant où les sourcils de Logan s’étaient remis à leur place, ce dernier jeta une pièce au messager avant de lui indiquer, d’un léger signe de tête, qu’il avait la permission de partir. L’homme obtempéra et sortit sans demander son reste. Puis Logan, se tourna lentement en tapotant sur le dossier de sa chaise, vers son connétable, avant de lui lâcher :

« J’adore Port-Réal… On y vit toujours de si bons moments… »

Et il regarda, d’un œil amusé, son interlocuteur, blanc comme un linge, prendre un siège avant de s’évanouir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anarchnid

avatar

Messages : 196
Date d'inscription : 13/11/2016

MessageSujet: Re: Tour 4 - Le Tournoi du Vieux Dragon   Mer 15 Nov - 22:32

par Glasnost » il y a un an
J'annonce le mariage prochain entre mon fils et ma nièce avec le fils et la fille de la faction Lannister, forgeant ainsi une alliance puissante et indivisible. J'avertis également de mes deux réformes à venir, consistant en :

- La création d'un Ordre de chevalerie, les Chevaliers des Manteaux Noirs, constituant une base de recrues pour le Conseil Restreint. Celui ci sera accessible à tout chevalier, aspirant chevalier, qui devront tous faire serment de servir le roi jusqu'à leur dernier souffle. Aucun d'entre eux ne pourra recevoir de terres, ni en posséder, aussi, les chevaliers fieffés devront renoncer à toute possession. Cependant, dans l'esprit de motiver les volontaires, des récompenses seront mises en place. Une délégation constituée de membres du gouvernement dont la loyauté est assurée s'occupera d'interroger la foi et la loyauté de toutes les recrues.

- Une refondation des septuaires de Villevieille, Port Réal, Salvemer, Blancport et Port-Lannis afin non seulement de les rénover, mais aussi d'y ajouter des annexes supplémentaires afin d’accueillir nombre d'orphelins en leur sein. Une logistique importante sera nécessaire pour convaincre les concernés de s'y rendre, et les nourrir. Ces orphelinats serviront de réservoir à recrues pour l’église et l'Ordre de Chevalerie du roi.

Les importants moyens financiers apportés par le Roi, Lady Martell et moi même ont pour l'instant largement pourvu aux nécessités qu'imposaient de tels projets. Cependant, il nous faut faire appel à un financement général, nous sommes donc dans l'obligation de décréter un impôt royal régulier sur un an, à somme non-définie. C'est à dire que chaque seigneur pourra décider lui même de la somme qu'il mettra dans le projet. Il est bien sur entendu que seuls les Lords suzerains et la Principauté de Dorne est soumise à cet impôt, les vassaux n'étant pas suffisamment riche pour y participer de façon efficiente. Cependant, tout don sera retenu comme une marque de loyauté.

En troisième lieu, et une fois les fonds récoltés, nous nous servirons des excédents (car les besoins sont plus importants pour le lancement du projet que pour sa suite) afin de créer la Guilde des Ingénieurs, et par là de mettre à niveau la technologie dont nous disposons, en favorisant les poussées et découvertes apportées par nos bourgeois, et ce en partenariat avec la Guilde des Marchands si possible.

Il est bien sur évident que ces trois projets sont dans l'intérêt de tout un chacun, et que tous les membres actifs du financement auront tôt fait d'en apercevoir les avantages.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anarchnid

avatar

Messages : 196
Date d'inscription : 13/11/2016

MessageSujet: Re: Tour 4 - Le Tournoi du Vieux Dragon   Mer 15 Nov - 22:33

par DorianGray » il y a un an
Image

Rp Tully (made in moi)


La salle du Conseil Restreint resplendissait, par beau temps ; les rideaux filtraient la lumière du soleil pour lui donner un teint doré délicieux, qui se dilatait dans toute la salle et enjolivait légèrement la lourde tâche de gouverner le royaume. Une brise marine alourdissait l'atmosphère, malgré tout rendu plus léger par le courant d'air discret qui traversait les coursives du palais. Le pas de Harwyn Tully se reconnaissait entre tous ; il marchait discrètement, tout en faisant en sorte qu'on l'entende pour que sa présence ne soit pas ignorée. Il avait les mains croisées dans le dos, avec une tenue des plus sobres ; du cuir, en général, avec une main rouge dessus pour symboliser son pouvoir. Tout en lui respirait de cette puissance propre aux hommes politiques. Son regard dur et intransigeant dissimulait péniblement le poids de son jugement, cette absence d'empathie totale qui caractérisait les êtres amoraux comme lui. Cependant, nulle trace de violence, de sadisme, ou même de plaisir. Il se livrait à sa tâche sans aucune émotion, si ce n'est parfois l'irritation, et faisait ce qui devait être fait. Malgré sa conception bien particulière du devoir, on pouvait lui prêter des intentions louables vis à vis de la Couronne, et de sa famille.
Pénétrant dans la salle, il lança son petit coup d’œil habituel, jaugeant l'atmosphère ;
Meenah Martell, magnifique et mortelle, exprimant le danger de tout son être. aussi nommée la tepu des sables
Aenar Targaryen, intimidant et faible tout à la fois, le regard d'un dragon se dissimulant derrière ce corps fragile.
Cédrick Corbois, le Borgne, la force incarnée.
Thales Arryn, une autre forme de danger, celle de l'épée, aussi acérée que ses mots.

L'ambiance était acceptable. Pas de tension, mais pas de réjouissances non plus. Le roi contemplait, placide, le conseil énumérer les questions à l'ordre du jour. Sur la table, une corbeille de fruit ; raisin, poire, pêche, l'été ne nous donnait pas que le soleil. Des pichets de vin étaient disposés devant chaque place. Harwyn prit sa place habituelle, entre Meenah Martell et le Grand Mestre, en face du Roi. Ne faisant pas attention au houleux débat en cours, il évalua du regard le pichet de vin, et, brisant son habitude, se versa un verre, qu'il sirota doucement ; ce qui était déjà beaucoup de mouvement superflus, aurait jugé Tytos. Il écarta cette pensée et reprit le cours de la discussion. Les mots s'envolaient d'un bout à l'autre de la table, et il s'en sentait déjà excédé ; tout cela était vain, creux, vide de sens à ses yeux. Harwyn Tully était un homme doté d'une réflexion rapide et mesurée, mais aussi très complexe : elle était profonde, permanente, se structurait en continu, et ce jusqu'à qu'il prononce une vérité universelle - ou personnelle - qui fera autorité. En cela, il ressemblait beaucoup au roi. Mais cet étalement permanent qui constituait les débats du Conseil tuait tout son intérêt.
Il posa ses coudes sur la table, et sa tête sur ses deux mains jointes, réfléchissant. Son regard se perdit dans l'immensité bleue qui s'offrait à lui, au delà du balcon. Il s'imaginait, plongeant dans l'eau, coulant comme une pierre, au sein du calme infini des fonds sous marins. Il sentait déjà la morsure du froid, apercevait les rayons du soleil à travers la surface. Quelle était cette sensation? Ce relâchement, cette envie de se laisser tomber. Une sensation humide réveilla sa main. Avec une expression surprise, il regarda celle ci. Du sang? Il sentit une goutte perler contre sa lèvre. Cela provenait du nez? Tous les regards étaient tournés vers lui. Il se releva, tranquillement, dans un flottement encore plus étrange que le précédent, contemplant avec étonnement sa main emperlée du liquide rouge. Il recula de trois pas. Contempla le pichet de vin.
- Le fils de...
Le choc l'assaillit d'un seul coup sec, brisant toute la rectitude de sa posture. Son dos se vouta, il se sentit comme projeté au sol, alors qu'il vomissait brutalement ce qui semblait des litres de sang. Prenant appui par réflexe, il se releva, un air de pure rage dans les yeux. Le poison le frappait de l'intérieur comme autant de lance perforant son estomac. Il dégaina brusquement son épée, sans le moindre cri de douleur, le moindre hurlement de rage. Elle lui tomba des mains. On ne put savoir vers qui se dirigeait ce regard revanchard, car, alors que la panique envahissait la salle du conseil, bousculant la chaise et tentant vainement de se rattraper dans le vide, Harwyn Tully s’effondra au sol.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anarchnid

avatar

Messages : 196
Date d'inscription : 13/11/2016

MessageSujet: Re: Tour 4 - Le Tournoi du Vieux Dragon   Mer 15 Nov - 22:35

par M0tus » il y a un an
Bonjour, n'ayant pas posté mon RP de tour 4, je le poste en même temps que celui du tour 5. Voila.


RP TOUR 4 AROLD TYRELL

La ville, toujours aussi agitée, une énième révolte Feunoyr, des hommes assassinés. Arold n’en pouvait plus, il avait décidemment hâte de rentrer à HautJardin…
Depuis le meurtre d’Ulysse Cendregue, on ne le laissait plus tranquille, il était constamment affublé de plusieurs gardes qui ne le lâchaient pas d’une semelle… Et toute cette histoire d’héritage du territoire de son ancien vassal l’avait fatigué, il avait finalement obtenu de lord Rowan, l’héritier désigné d’Ulysse, un partage des terres entre lui et son vassal. Ce qui le réjouissait, c’était qu’il allait pouvoir donner ces terres à son bâtard. Il allait le faire reconnaitre et lui donner endroit où régner. Cela l’emplissait de joie. De plus, son fils promettait d’être un seigneur de qualité, il venait de mettre en place une réforme agricole qui avait fait faire un bon économique dans tout le bief, il était plutôt fier de son fils, il n’avait que peu de défauts apparents à part peut-être… Non… Ce n’était pas le moment d’y penser, de plus, il avait un projet de mariage pour lui qui semblait être sur la bonne voie.

Il alla à la fenêtre et se mit à songer. Il se remémora les évènements troublants qui étaient survenus au tournoi. Il s’étonnait toujours que de la ténacité des Feunoyrs, même après plusieurs révoltes toutes ratées et une armée extrêmement diminuée, ils trouvent toujours la force morale et physique de se révolter. Mais après tout, ils ont peut-être raison, il ne fait pas de doute qu’ils auraient eu grandement leur chance si ces mystérieux vengeurs cendregués n’étaient pas apparus de nulle part pour décimer le peu d’hommes feunoyr qu’il restait. Qui pouvaient-ils bien être ces hommes ? Ils ne pouvaient assurément pas être des vrais Cenregués, restés chez eux sous le contrôle de HautJardin. Qui cherchait à voler l’identité de son vassal ? A vrai dire, il n’en savait trop rien… Quel interêt aurait quelqu’un à refaire naitre le nom de Cendregué…

Il retourna à l’intérieur et se mit à écrire la lettre qu’il devait envoyer à son bâtard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anarchnid

avatar

Messages : 196
Date d'inscription : 13/11/2016

MessageSujet: Re: Tour 4 - Le Tournoi du Vieux Dragon   Mer 15 Nov - 23:31

.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Tour 4 - Le Tournoi du Vieux Dragon   

Revenir en haut Aller en bas
 
Tour 4 - Le Tournoi du Vieux Dragon
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dragon-ogre Shaggoth
» VIDEO tournoi Antre du Dragon 2013
» 1 er tournoi de l antre du dragon
» Patrige - [Aigle & Dragon] et [La Tour des Griffons]
» 05/01 Luxembourg - PTQ Dragon's Maze (San Diego) - Modern

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Megalovania :: MV archivés :: MV Game of Thrones-
Sauter vers: