Le forum des MVs, des JDRs et des Mégalos !
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Famille Brax

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Arkunaï_3/4

avatar

Messages : 5
Date d'inscription : 04/09/2017

MessageSujet: Famille Brax   Dim 10 Sep - 13:25

Alyn, vois-tu ces hommes ? Ces hommes qui s’entraînent au maniement de l’épée, de l’arc et de la lance, qui forment des murs de leur bouclier et qui d’un coup de tocsin s’élance en avant, qui porte tous sur leur pavois notre fière Licorne, ces hommes-là un jour te serviront comme ils me servent aujourd’hui.

Mon fils, entends-tu ce bruit ? Ce fracas de fer contre fer devient bien trop fréquent. La guerre était là du temps de mon père déjà, dans le Bief, à Dorne, loin de l’Ouest à Tyrosh. La guerre reviendra, mais tu ne dois pas la craindre, il est du rôle d’un homme de noble lignage de porter plate et maille. Le plus inquiétant Alyn, le plus méprisable, est la fausse guerre, la guerre d’ambition et de colère qui retourne le frère contre le frère, le vassal contre son suzerain. Tu sais ce qu’il advint d’Edmure II et d’Aella Targaryen, tu as vu de tes yeux ce traître indigne d’Arthur Lefford assassiner Naerys. Cette guerre-là a commencée depuis des temps immémoriaux, et ne se terminera que si on la combat de toutes ses forces.

Parce que l’ombre de la guerre civile se rapproche, il est de notre devoir de défendre nos terres et de protéger les hommes et les femmes sous notre responsabilité. Et pour cela, nous avons nos armées et notre volonté inexorable. Nous avons nos amis Crakehall, nous avons nos alliés Sarschamps, nous avons notre belle-famille Lannister. Corval ne tombera pas, fils, dussions-nous affronter toute la pourriture de ce monde.
Mon père me légua un domaine riche, aux champs dorés et aux mines ferreuses. Cela, Alyn, je te le donnerai à mon tour, mais au-delà de ce que j’ai acquis, je t’offrirai des hommes valeureux, des soldats dont les cœurs battront de concert la mesure de nos victoires et de nos gloires.

Nous sommes les Brax. Nous nous décidons, nous combattons, nous vainquons. Dans un millénaire, quand nos os ne seront plus que poussière, les halls de notre forteresses feront encore résonner notre cri de guerre : « Fière et indomptée, la Licorne à la victoire ! »

Lord Jaime Brax à son fils Alyn, suite au tournoi de Port-Réal, 327



Jaime Brax, fils de Tywald Brax et de Tya Crakehall, est le Lord de Corval depuis la mort de son père en 313. Militariste assumé et revendiqué, Jaime Brax n’est pas pour autant un chevalier intrépide voyant dans la guerre le moyen de faire briller son blason : d’une tempérance à toute épreuve, il se voit davantage comme un protecteur au service de son peuple et de son suzerain. Doté de grands talents de stratège et d’organisateur, le charismatique Lord de Corval est vu comme l’incarnation d’un État puissant par ses vassaux et comme un homme juste et droit par les petites gens.



Sa femme Amarei Brax, née Crakehall, est d’une toute autre étoffe. De petite taille et aux long cheveux blond, elle est l’incarnation d’une noble de cour, très portée sur la bienséance et l’honneur, souvent jusqu’à en être arrogante. Mère des trois enfants de Jaime, elle n’en reste pas moins entièrement dévouée à sa famille et le symbole des liens très étroits qui se sont liés entre les familles Brax et Crakehall au fil des générations.




Alyn est le fils ainée du couple, un jeune homme juste et courageux, véritable parangon de chevalerie, admiré par son père, aimé par son frère, estimé tant par ses pairs que par la plèbe. Profondément amoureux de Tya Lannister, c’est par lui que l’union du Lion et de la Licorne s’est encore renforcée.


(En attente de Photo, j'éditerai le post par la suite)


Contrairement à son frère qui tend à privilégier son rôle de chevalier à celui d’héritier, Lewys Brax se montre intéressé et compétent dans tous les domaines de la politique. Son physique disgracieux ne l’empêche pas d’être un meneur comme son père et d’avoir l’esprit aussi vif que ses mains. D’aucun voit en lui le digne rejeton de son père, intelligent et attaché à sa famille, avec, à l’inverse du calme olympien de ce dernier, une tendance à s’emporter très régulièrement



Unique fille des Brax, Jeyne Brax est une jeune femme magnifique éduquée aux usages de la cour. Son goût du luxe et son manque de générosité désespère son père mais fait la fierté de sa mère, qui voit en elle un véritable joyau qui trouvera ses marques en bonne société.



Enfin, Flement Brax est le frère cadet du Lord de Corval. Pieux, d’une grande intelligence, il est un bon ami de Jaime et l’un de ses plus proches conseillers.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arkunaï_3/4

avatar

Messages : 5
Date d'inscription : 04/09/2017

MessageSujet: Re: Famille Brax   Mar 19 Sep - 18:57

"Messeigneurs, mesdames, nobles gens dont j’ai l’immense honneur de recevoir les serments, merci d’avoir répondu à mon appel. Si je vous ai tiré de vos terres et à vos responsabilité en ce jour, c’est pour vous transmettre un message. Bien plus qu’un message même, une volonté. Et cette volonté dépasse largement la mienne propre, cette volonté est celle de l’Ouest entier ! Mes chers Lords, daignez donc d’écouter la voix qui nous mènera tous vers un destin supérieur en tout point à celui que le présent nous offre.

Ce sentier pavé de succès et de gloire est celui de la noblesse, ce lien de sang, de courage et de dévouement que tous nous partageons. Alors, vous qui êtes d’une grande extraction, ou vous qui vous êtes élevés jusqu’à cette si belle distinction, pouvez-vous me dire ce qui reste de noblesse à présent ? Pouvez-vous m’indiquez vers où ont fugué les grandes qualités des temps passés que chantent inlassablement nos troubadours ? Où sont passé les gestes qui chantaient la loyauté, l’abnégation, le service des Sept et de son suzerain ?

Nul ici n’ignore les infâmes évènements de Port-Réal. Le meurtre d’un membre de la famille royale par haine de son suzerain ! Que faudrait-il de plus pour se convaincre que le monde s’est enfoncé dans de tragiques bas-fonds ?

Les nobles ne sont plus que de deux genres. Il y a les séditieux, les fourbes à la langue fourchue qui ne songent qu’au stupre, au vice et à l’ambition empoisonnée qui habitent leur cœur. Des gens comme, et j’ose le dire devant vous, Arthur Lefford !

Ces nobles-là qui assassinent leurs frères et leurs amis dans des querelles intestines pour une étincelle de pouvoir aussi illusoire qu’éphémère, qui brisent leurs serments comme des brindilles, qui apportent ruine sur leurs terres et déshonneur sur le nom, ces nobles-là n’auront aucune pitié à attendre de moi. Où qu’ils se trouvent, sans regards pour leurs aïeux ou pour leur nom, ils seront déchus de leurs titres, car ils ne les mériteront plus, et s’il s’avère que la génération prochaine a été corrompu par leurs actions, de leurs terres également. Nulle personne ne pourra porter atteinte à l’intégrité et à la puissance de notre territoire impunément. Que mes paroles prennent forme de décrets, et que tous les ait en mémoire dans le futur.

Mais je sais que des cœurs aussi purs que les vôtres, dans lesquels brûle la force inexorable de la hauteur d’âme et des qualités suprêmes que les Sept ont dans leurs grandes sagesses mis en vos personnes, ne s’inquièteront nullement de telles sentences. Car vous, vous qui êtes là en ce jour, vous formez la deuxième race des nobles, celle qui apportera le salut sur Westeros.

Lord Ferren, levez-vous, que tous puissent vous voir. Lord Ferren, vous dont la famille est vassale de la mienne depuis des générations, soutiendrez-vous que la loyauté que vous me portez ne vous a apporté que mort et malheur ? Ou plutôt, clamerez-vous que jamais votre famille n’a été aussi puissante, jamais vos gens mieux lotis et jamais vos terres plus prospère qu’en servant l’État de toute la force de votre âme ?

Que mes mots aient valeur de loi en mes terres : nul service rendu à la famille Brax ne sera oublié, et tous seront récompensés à l’aune de leur valeur. Ayez la garantie qu’aucune espèce d’ingratitude ne se montrera pour les justes qui lieront leur destin à celui de ma famille.

Ser Millen, levez-vous à vous tour je vous prie, que tous puissent vous voir. Ser Millen, vous êtes le maître d’arme de ma famille depuis maintenant six annnées. Vous êtes de ceux parmi cette assemblée qui ne possèdent pas de terres, ou bien guère. Pourtant, je vous confie mon fils Lewys, afin que vous fassiez de lui un combattant digne des plus héroïques chansons, ainsi que la lourde tâche de faire de mes chevaliers les plus preux de tout l’Ouest. Et ces responsabilités, vous ne les devez qu’à deux choses : vos formidables talents de bretteur d’une part, et votre formidable attachement à votre rôle.

Soyez donc témoins, cher vassaux, que tout homme de la trempe de ser Millen, qui décide comme lui d’œuvrer à ce que la bannière à la Licorne flotte fièrement sur les corps de nos ennemis, tout homme vaillant et désireux de prouver cette vaillance en servant avec zèle par l’épée la famille Brax accèdera à des responsabilités dignes de sa valeur. Aucun brave ne sera méprisé ou laissé dans l’ombre.

Enfin, je vous demande de vous lever Allister Froidfer, mon dévoué officier. Vous n’êtes pas de noble ascendance, mais vous siégez comme nous à ce banquet. Savez-vous pourquoi ? La noblesse est une condition qui se mérite. Les premières dynasties qui régnèrent sur les terres de Westeros ne furent pas fondées par le hasard : elles étaient formées par les individus au bras le plus ferme, à l’esprit le plus vif et à la voix la plus assurée. De telles qualités, par la grâce des Sept s’entretenant au fil des générations, ne sont pas pour autant absente de l’homme du commun. Des hommes du commun, qui comme vous, méritent d’être élevés au rang de noble comme reconnaissance de leur valeur.

Je ne vous anoblirai cependant pas en ce jour, Allister Froidfer, car cela ne constituerait qu’un acte d’un symbolisme maladroit qui ne leurre que l’homme de peu d’esprit, et qui fait se gausser ceux qui en possède davantage. Je vous reconnais une trempe d’acier, mais il s’agit de la prouver à cette assemblée ici réunies, et plus important, au regard des Dieux. Je ne braderai pas la noblesse, je la fortifierai, avec des hommes à la trempe d’acier. Prouvez que vous êtes forgé dans le métal le plus noble, et je promets devant tous que je poserai personnellement le plat de mon épée sur vos épaules. Et ce qui vaut pour vous, vaut pour chaque homme sous ma responsabilité.

Cependant, il serait injuste et criminel pour un suzerain d’exiger de ses vassaux ce qu’il ne fait pas lui-même. Ainsi, moi, Jaime Brax, Lord de Corval, je proclame devant vous que la famille Brax est loyale envers la famille Lannister. Je proclame également que nous sommes fidèles et dévoués à nos amis Crakehall, et prêt à soutenir nos alliés Sarschamps.

Enfin, pour accomplir mon devoir sacré de protection de nos terres et de notre peuple, je vous annonce que de grande réformes toucheront l’armée des Brax, et je vous encourage vivement à les suivre une fois que celles-ci seront mises en place.

Nous sommes unis sous la même bannière, la bannière à la Licorne. Alors maintenant, levons tous nos verres à cette union de force et de prospérité !

Fière et indomptée, la Licorne, à la Victoire !"
Discours de Jaime Brax à ses vassaux, 327
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Famille Brax
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'histoire de Dietrich de la famille Hohenloe
» Une famille de 78 habitants !
» grande foto de famille
» Réunions de Famille
» Enfin trouvé une famille !! Petite Pepette.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Megalovania :: Le Trône de fer V2 :: Terres de l'Ouest-
Sauter vers: