Le forum des MVs, des JDRs et des Mégalos !
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Dessous des Cartes : Tour 21

Aller en bas 
AuteurMessage
Maitre Chêne
Admin
avatar

Messages : 223
Date d'inscription : 13/11/2016
Localisation : Fort-Chêne

MessageSujet: Dessous des Cartes : Tour 21   Lun 19 Nov - 23:13

Un de moins pour le Conflans



L'Orage l'a rêvé, Rivefort l'a fait : Tully est mort, son dragon perdu, et la moitié du royaume est en train de calculer le degré de foutoir que ça va faire. De la même manière qu'un Roi Targaryen se doit d'avoir quelque chose d'Aegon, un seigneur du Conflans se doit d'avoir quelque chose d'Harwyn ; cette région fière et puissante ne peut être gouverné que par un leader charismatique, impitoyable et conquérant. La bouillie de lèpre que constitue désormais notre cher Tully ouvre la place à deux prétendants ; le premier, plus évident, Lyman Tully, n'a pas toute la confiance des vassaux, qui se montrent bien timides à le soutenir. Mais il demeure l'héritier désigné par son neveu, et celui soutenu par le Roi. Cependant, comprenant la complexité de la situation, il n'a pas encore fait de mouvement, et se contente de tenir cour à Port-Réal.

L'autre parti, qui n'existe qu'informellement, est celui de Lianne Tully ; si celle ci n'a aucunement contesté la suzeraineté à laquelle semble promise son frère, nombre de seigneurs plus modérés voient en elle une figure plus consensuelle et plus ouverte aux intérêts des divers vassaux. Bien qu'elle n'ait fait aucune déclaration, une pléthore de petits nobles sont suspendu à ses lèvres depuis Vivesaigue ou elle dirige de fait le château.



Divers enjeux agitent tant les grands vassaux que les petits, et les proches du sang Tully par dessus tout. Le Roi fait le tour de la région pour y voir individuellement les bannerets du Conflans et apaiser les querelles. Si beaucoup pleurent leur suzerain, tous ne blâment pas les Rivefort, accusés du meurtre. Car si le harnais a bien été saboté, on ignore par qui, malgré de forts soupçons contre la personne des Rivefort. Le Roi, en tout cas, aura promptement licencié sa Main - dans les formes et les honneurs -, qui s'est retirée avec ses frères et serviteurs dans son domaine, peu après avoir participé aux funérailles des deux nobles personnages décédés. Ni Lianne ni Lyman ne firent la moindre approche dans la direction de leurs cousins du Trident, quoiqu'on ait vu les Nerbosc leur adresser furtivement la parole.

Les deux barques, chargées d'armoiries et de décorations, furent incendiées respectivement par Valarr Ier et par Harwyn Rivefort. Si le geste, fortement symbolique, et voulu par un consensus des petits nobles, titilla la fierté des nobles riverains, il effaça une occasion en or de régler les questions de succession, l'héritier désigné étant sensé allumer la barque. Mais Lyman, malgré ses talents d'archer, fut blessé à la main dans les combats du banquet ; aussi, il ne put se saisir de cette occasion, accordant une première manche à sa nièce.

Lyman Tully peut compter sur la plupart des réseaux de son neveu à la capitale, le soutien des nombreux chevaliers et bannerets qu'il a formé aux armes - en tête de liste Darry, Teague et Nerbosc - et des liens maritaux essentiels dans les alliances du Conflans : Velaryon et Lefford par ses enfants, Whent par sa femme, rien de moins. Mais la rancœur des nombreux nobles humiliés par la gestion récente des affaires du Conflans et la gestion subtile et conciliante des tensions de Lianne l'aura faite grandement brillé, et place encore plus d'espoirs de son coté, notamment chez les lords Lychester, Piper et Vance de Bel-Accueil, grands perdants du népotisme Tully.

Titres de puissance et de prestige, positions de pouvoir et fonctions honorifiques sont toujours revendiquées par des bannerets fiers et audacieux qui semblent bien énergiques à capitaliser sur les tensions produites par ce dénouement tragique, en faisant monter une tension que pourtant aucun des deux "prétendants" ne revendique, n'est pas le sens pris par tous.
Outre la tempérance craintive des seigneurs moins belliqueux qui placent moins d'espoirs dans l'administration suzeraine, on note le développement rapide d'une faction "neutre" sous la houlette de Danwell Frey, qui invite ses nobles confrères à la tempérance et à la réconciliation dans une série de lettres et de visites amicales. Si tous semblent suivre son exemple, on note bien que personne ne souhaite s'associer durablement à son initiative, car tous savent pouvoir tirer nombre de biens d'une famille humiliée, divisée, dont la légitimité est à reconquérir ; peut être donc que le vrai conflit est au niveau des vassaux, et pas des deux personnages encore si mutiques malgré leur arrogance et leur panache.





Cités Libres en sueurs

L'armée d'Aemond, divisée selon les rumeurs, reprend son avancée victorieuse. Riche des ressources nombreuses volées à Norvos, d'une garnison importante restée sur place, c'est une armée forte en cavaliers lourds, en fantassins mercenaires énervés et en vétérans d'une guerre sans lendemain qui marche sur Pentos.
Difficile de dire si le divorce est consommé avec Qohor, qu'il laisse à la merci de Volantis et Harloi, qui marchent sur la ville avec une armée formidable de 150.000 hommes selon les rumeurs. Défendue par la poignée de mercenaires qui n'a pas rejoint le front de l'ouest, la garde de la ville et les troupes d'Arthur Vanbois, la cité des Nécromants a intérêt à avoir au moins autant de sorcellerie en réserve qu'on lui en prête ; sans quoi, la victoire contre Norvos, le ralliement des hordes mercenaires et du prince renégat, tout ça ne sera qu'une gloire éphémère...

Au final, les divisions internes entre les conseillers et nécromants, si il y en a bien, la voracité des mercenaires et de leur chef, tout ça additionné à une guerre si longue et si peu gratifiante, aura eu raison de ce mal ultime qu'était Qohor, dont les forces sont fractionnés au moins géographiquement. Mais Pentos, dont on note depuis quelques temps l'état d'abattement, déjà sous-armée depuis longtemps, semble, pour une raison inconnue, un fruit bien mûr pour l'appétit d'Aemond Targaryen.

Il est à noter que les nouvelles venues d'aussi loin que cela sont le plus souvent pour le moins en retard. Il est tout à fait probables que selon la distance, elles ne soient plus toutes fraîches ; Qohor pourrait très bien être tombée à l'heure qu'il est.




Dorne, c'était quoi le plan?

Vingt mille hommes et trois cent navires mirent Dorne à genoux en moins d'un mois. Lancehélion, arrogante capitale d'un est dornien déjà contesté à ses nouveaux maître, est tombé sans défense. La flotte Dornienne en fuite avec une partie de ses dirigeants s'est réfugiée à Lys, et ne donne pas de nouvelles depuis. Les Météores, siège majestueux de la maison Dayne, a été pris après un âpre combat. Fossovoie, Tyrell, Redwyne, Serry, nombreuses sont les bannières à  désormais flotter en cette région pourtant facilement défendable.
Plusieurs armées se rassemblent pour combattre l'envahisseur, qui gronde aux portes. Mais tandis que la loyauté des Dorniens Salés à des Marcheux qu'ils combattaient il y a peu demeure douteuse, c'est Wylde, Estremont, Mertyns, et surtout Hightower, qu'on voit débarquer toujours plus nombreux à Lancehélion. Face à des armées aussi formidables, le manque de préparation des Dorniens semble les mettre dans une position compromettante. Produire des armures lourdes et des galéasses aurait mieux payé que de la tisane...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://megalovania.forumactif.com
 
Dessous des Cartes : Tour 21
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pro Tour Nagoya
» Le format du Pro Tour Philadelphie changé en Modern
» Liste des Cartes Interdites maj by nono (01/09/09)
» Cartes promos, Judges, Gateway, FNM ...
» Archives de la Tour de la Fauconnerie au Louvre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Megalovania :: Le Trône de fer V2 :: Le Jeu des Trônes-
Sauter vers: