Le forum des MVs, des JDRs et des Mégalos !
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Mort de Brynden Tully.

Aller en bas 
AuteurMessage
Barberousse

avatar

Messages : 10
Date d'inscription : 29/01/2017

MessageSujet: Mort de Brynden Tully.   Sam 17 Nov - 21:18

Quelle corvée de nettoyer la tour principale pendant que les autres s’amusent en bas !. Enfin… Les soldats et les nobles s'amusent, et les laquais comme moi cirons leurs bottes et leurs maisons. J'aurais du être soldat, moi aussi, ou partir faire le saltimbanque, j'aurais peut -être eu du succès, qui sait... Bref, j’ai bientôt fini, l’éponge et le seau imbibés de crasse, reste pus qu’à faire le dernier escalier, et je vous avoue ne pas en avoir très envie. Vif –Azur, le dragon, est attaché à quelques mètres au dessus de moi, en haut de la Tour, et autant vous dire que je ne suis pas très attaché à cette bestiole. Comme le Lord fait-il pour monter une bête pareille, si féroce, et qui va si haut dans le ciel ?

Le corps parcouru par l’angoisse, je termine au plus vite ma besogne, quitte à la négliger (mieux vaut se faire engueuler que finir cramé), et je redescends le plus vite possible l’escalier.

Enfin dehors, je peux respirer. Sans plus tarder, je m’éloigne du bas de la tour en passant par les remparts.

Soudain, un bruit sourd retentit derrières mes oreilles : la porte s’était violement refermée. Bizarre, je suis pourtant certain de ne pas l’avoir laissée entrebâillée. La fatigue, sans doute.
Sans plus y penser, je me dirige vers la porte qui mène aux couloirs supérieurs du château. Juste avant de refermer la porte, il me semble entendre un grognement tenu, qui me rappelle inévitablement ceux de Vif Azur lorsqu’un être humain s’approche de lui. Etrange, vraiment… Je rese quelques instants à l’affut d’un nouveau bruit, mais aucun autre son ne parvient à mes oreilles a part celui du vent, et d’un haussement d’épaules, je referme la porte.

A peine entré dans les couloirs supérieurs, que je suis obligé de m’arrêter. Un type me fonce dessus, en courant, en haletant. Mais il a une épée, ce con ! Et pleine de sang, en plus !!

« Halte ! »

Fais-je, de ma voix la plus martiale possible. Mais le bonhomme ne m’écoute pas, et poursuit sa course. Il serait capable de me tuer, ce taré, et je lève instinctivement mon sceau comme un bouclier lorsque je reconnais mon Suzerain, Bryden Tully. Stupéfait, je ne peux lâcher qu’un bête :
« My lord ? »

Je ne le reconnais pas : il est blême et complètement suant. Mais qu’est- ce qui avait bien pu se passer là en bas ? Il avait clairement l’air d’avoir déconné, et je ne suis pas sur d’avoir fait grand-chose à part le suivre des yeux dans sa course folle. Il passe devant moi, plus rapide qu’une bête traquée, sans même m’accorder un regard, et remonte l’escalier que je viens à peine de quitter. Sur le coup, j’ai cru qu’il allait me tuer. Toujours abasourdi par cette étrange apparition, j’entends son pas résonner en haut, sur les remparts. Pas de doutes : il va rejoindre Vif-Azur, mais pourquoi ? Apres un court instant de réflexion, j’entends des bruits d’agitations dans la direction d’où venait le noble. Ni une ni deux, je lâche mes ustensiles ménagers et je rebrousse chemin, en direction de la tour de Vif-Azur.

Le souffle éprouvé par ma course, j’entends, à quelques mètres du pied de la tour, un rugissement annonçant l’envol prochain du dragon. Je dépasse la tour et vais me penche au dessus de deux créneaux pour voir passer au dessus de moi l’ombre élancée de Vif Azur. Alors qu’il commence à s’éloigner, plusieurs badauds et soldats arrivent et s’agglutinent sur le haut des murs de Vivesaigues. Tous ensemble, nous regardons la silhouette du dragon et de son cavalier s’éloigner petit a petit. Pourquoi toute cette agitation et ce comportement si étrange ? Pourquoi partir en plein milieu d’un banquet, l’épée au poing ? Mais qu’est ce qu’il s’était donc putain de passé dans cette salle de réception pendant que je nettoyais des vulgaires marches ??

Je suis coupé dans mes interrogations lorsque l’ombre droite de Tully, qui est comme un chapeau sur celle longue et horizontale de, Vif-Azur, bascule sur le côté gauche. Toute l’assistance est stupéfaite, et je m’aggrippe à la pierre de surprise. Je vois encore très distinctement, malgré la distance, le lord chercher à rattraper son équilibre, battre des bras, essayer de saisir le corps de sa monture, sans y parvenir. Le harnais est clairement déchiré sur ce côté gauche, et il ne forme plus qu’un long ensemble de cuir qui glisse le long du dos du dragon. Tout le monde crie, alors que le corps de Brynden passe sous le niveau du ventre de sa bête. Mais celle-ci, réactive, croque le bout le plus long du harnais, et suspend son vol, en battant vivement des ailes pour maintenir son altitude. Cela n’empêche pourtant pas Tully de dégringoler de sa selle –mais miracle !- son pied se bloque dans son étrier, et le voilà suspendu, la tête en bas, à plusieurs dizaines de mètres du sol. Son corps part dans tous les sens : je le vois tenter de saisir sa selle, sans succès, sous les mouvements lâche du harnais que le dragon ne parvient pas à stabiliser dans sa gueule. De loin, on se croirait presque à un spectacle de marionnettes, et j’entends certains rires ténus derrière moi. Le sort de Tully est encore incertain, bien que sa situation soit totalement ridicule, il a une chance de survie. Chance totalement gâchée lorsque Vif Azur, d’une ample geste de tête, lance en coup de fouet la totalité du harnais au dessus de lui–Tully compris, afin d’essayer de le réceptionner sur son dos. Le pauvre homme est projeté bien trop fort, son pied quitte l’étrier, et, lorsqu’en descendant le dragon essaie de le rattraper avec ses dents, il ne fait qu’arracher la jambière de son maître. Ce dernier chute touuuuuuuuut doucement en battant pitoyablement des bras, avant d’atterrir brutalement, sans roulades ou quoi, sur le sol vert du domaine de Vivesaigues. Comme conscient de son échec, le dragon tout penaud, regard un instant le corps immobile de son maître, avant de reprendre son vol d’un coup d’ailes puissant.

Je n’en suis que plus conforté dans mon opinion : pour monter ces bestioles, il faut être cinglé !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Mort de Brynden Tully.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» SADAMH OUSSEN CONDAMNE A MORT !! BIENFAIT MDR
» Le transformateur de mon Nabaztag est mort
» Paroles d'un mort
» Mur mort, vocabulaire japonais et interrogation
» Arggghhhh mon lapin est mort je crois :(

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Megalovania :: Le Trône de fer V2 :: Conflans-
Sauter vers: