Le forum des MVs, des JDRs et des Mégalos !
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Tour 7 - Le sac de Goeville

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Maitre Chêne
Admin
avatar

Messages : 142
Date d'inscription : 13/11/2016
Localisation : Fort-Chêne

MessageSujet: Tour 7 - Le sac de Goeville   Dim 13 Nov - 22:03

.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://megalovania.forumactif.com
Anarchnid

avatar

Messages : 36
Date d'inscription : 13/11/2016

MessageSujet: Re: Tour 7 - Le sac de Goeville   Mar 29 Nov - 0:11

Dorne, tour 7.5 : Mariage à Hautjardin
Meenah Martell - la Princesse d’Ébène


Meenah Martell, la Princesse de Dorne, était habillée par ses courtisanes. Dans cette chambre de Hautjardin, des fleurs fraîches et odorantes avait déposées sur sa couche, sur les meubles, et parsemaient le jardin. L'odeur enivrante des lys chauffait l'esprit de ses filles, qui piaffaient, riaient, souriaient en continu.

La Princesse d'Ebène ne leur en tint pas rigueur. Aujourd'hui était un jour de fête, le plus important de sa vie, le plus important de tout le Sud depuis des siècles également. Elle n'en pouvait plus d'attendre, elle se mordillait la lèvre comme si elle était une gamine des Jardins Aquatiques. Quelle euphorie !

Assise sur le lit, Feela de Lys tressait les fins cheveux d'Ashä Martell, sa nièce : elle serait demoiselle d’honneur ce soir, il fallait qu'elle soit resplendissante elle-aussi ! Pour les Dorniennes, Meenah avait choisit des robes et des coiffures mêlant subtilement les courbes amples et sensuelles de Dorne et les motifs fins et élégants du Bief. Ses propres cheveux avaient étés lavés, défrisés, huilés, et tressés également de chaque côté de sa tête, en ce qu'elle se figurait être une crinière.

Se regardant dans le miroir, elle songea soudain à son père, Mors IV Martell. Qu'aurait-il pensé d'elle, à présent ? Lui qui détestait les gens du Bief, devait se retourner dans sa tombe. Cependant, même un vieux conservateur comme lui avait succombé aux charmes de sa mère, la belle et exotique Jalah Qo... Peut-être aurait-il eu de la sympathie pour l'union de sa fille ?

Elle termina de s'habiller, et souligna ses lèvres d'un trait de craie noire.

S'ouvrirent alors, derrière elle, les portes de la chambre et, se retournant, elle put voir entrer le Roi. Escorté de deux de ses chevaliers blancs, Enghien Mormont le Lord Commandant, et Maxwell Uller dit le Taureau (qu'elle avait elle-même recommandé à la Couronne) Aenar Targaryen rayonnait à en éclipser le soleil. Il était loin le temps où, à Lancehélion, on riait d'un jeune Roi montant sur le trône à quinze ans ! Meenah, et avec elle Dorne, respectait cet homme pour sa valeur, qu'il avait prouvé mainte fois en combattant les Feunoyrs, seul contre tous. Il n'était pas, il est vrai, très bel homme (un corps très sec, une peau pâle et des cheveux presque blanc), mais il avait incontestablement du prestige et son regard pouvait vous glacer le sang comme vous faire accéder à la grâce.

Elle salua son souverain comme de convenance, et ce dernier lui témoigna son amitié. Dans son uniforme de carmin et d'or, une épée battant sa hanche, il était plus Roi qu'aucun autre homme sur terre. Sur le lit, Âsha rougit, et baissa les yeux, regardant l'homme seulement pas de petits regards en coin timides et espiègles à la fois. Nullement impressionnée, le souverain lui fit un petit signe de la main, et lui sourit.

Les filles pouffèrent, se taquinèrent, les chevaliers blancs se balançaient d'un pied sur l'autre, inconfortable, mais Aenar comme Meenah étaient satisfaits.

- Il est l'heure d'y aller, Dame Meenah, lui dit le Roi en lui tendant son bras.

- Je ne vous remercierez jamais assez d'avoir accédé à ma demande, votre majesté, lui assura-t-elle. C'est un honneur.

- Le plaisir est réciproque, affirma-t-il.

Voilà un Roi pour lequel elle pourrait se battre, se dit-elle, voilà un Roi pour lequel elle pourrait aimer.

Ils se prirent le bras et, suivis des chevaliers et des dames, s'engagèrent à travers les couloirs.

...


Hautjardin était magnifique, d'une blancheur éclatante. En pénétrant la salle, Meenah reconnu de nombreux visages alors que le Roi l’emmenait vers l'autel. Il y avait, au premier rang, Mako Forrest, son ami de toujours, et sa nièce s'agitant de partout, son Connétable et ami Samwell Sang-Vert dit la Dorure, puis sa sœur Trud Martell, ainsi que son mari et homme de confiance de la Princesse : l'Epée du Matin Samwell Dayne. Les seconds et quatrième rang étaient remplis de nobles Dorniens, d'amis, de connaissances, il y avait même Lord Quantyn Noirmont, venu de la capitale avec le Roi, Lord Ormond Ferboy le Bègue qui lui avait offert cette si belle armure, et Lord Qorgyle, le redoutable Serpent Rouge de Dorne... Le camp du Bief était bien représenté également : elle reconnu Loyd, le fils de Logan, ainsi qu'Evelyne, sa fille ; mais elle se souvint de ceux qu'il lui avait présenté tantôt : Yvain le marchand, Phylostos le Connétable et Robin le stratège, ainsi que Luthor Florent dont la Dorure lui avait parlé et, bien entendu, Lord Hightower et sa suite. Les dernières rangées étaient occupées par les invités, venus de toutes les Sept Couronnes : il y avait les hommes du Roi et de la mains, en nombre, comme Lord Rykkers, le nouvel Amiral de la Flotte, puis venait la délégation Lannister menée par Tytos Lannister, le fils héritier de Tywald, mais elle reconnu aussi des Frey, Lord Alyn, sire de Salvemer, et sa femme, ainsi que d'autres maisons d'importance. Plus problématique, la présence du jeune Lord Baratheon, aux couteaux tirés avec les Tully, obscurcissait un peu le tableau, mais c'était quelque chose que les gardes pouvaient gérés. La musique jouait, on buvait du vin, et la Princesse d'Ebène était fière d'avoir regroupé tant de personnes autour d'elle, mais rien ne pouvait prendre le pas sur l'élan de cœur qui la saisit lorsqu'elle posa les yeux sur celui qui l'attendait à l’autel :
Logan Rowan, Souverain du Bief.

Evidemment, il n'avait pas pu s'empêcher de ne rien faire comme tout le monde : au lieu de se présenter en habits de fête, il avait revêtu son armure préféré, noire, aux reflets argentés, légère, qui ne couvrait que son torse et ses avant-bras, alors que son épée bâtarde était accrochée à son flanc. Elle pouvait voir dans son regard à quel point il était fier de son effet ! La Princesse, leva les yeux au ciel, amusée, et charmée. Cet homme, qui ne se plaisait jamais autant qu'au combat, serait sien ce soir. Elle dresserait ce fauve...

...


La cérémonie fut splendide. Logan avait fais tisser une toile où se croisent les armoiries Martell et Rowan, ce qui ravit l'assistance. Le Roi prit le manteau Rowan, et le it aux épaules de la Princesse d'Ebène. Ce rôle revenait traditionnellement aux pères, mais le sien était mort il y a des années, elle avait cherché une figure paternelle de substitution, et l'évidence lui avait imposée Aenar, qui avait accepté. Mis a part sa famille et les Forrest, Aenar Targaryen était sans doute la personne en qui Meenah avait le plus confiance, et elle avait apprit à bien le connaitre durant les mois où elle avait siégeait à son conseil. Ils avaient eu quelques différents passagers, mais ils se comprenaient trop pour se hair : tous deux avaient prit l'héritage de leur famille et du lutter seul contre l'adversité pour imposer leur légitimité.
Les jeunes mariés se redressèrent, se regardèrent dans les yeux, et s'embrassèrent, fougueusement, sous les applaudissements de la salle.

Alors que l'on escortait, dans une euphorie générale, les jeunes maries vers leur chambre nuptiale, les plats furent servis, et l'alcool coula plus à flot que jamais alors que les chansons grivoises fusèrent.

...


Dans l'intimité, le tête à tête de la Dornienne et du chevalier du Bief tourna court. Alors qu'il délassait ses chausses et s’apprêtait à sortir son membre, la diablesse se jeta sur lui, et ils débutèrent un jeu de soumission. Tour à tour dessus, dessous, ils s'empoignaient, se frappaient, riaient, prenant plaisir à contrecarrer l'autre.

Souhaitant consommer leur union, Meenah finit par se laisser faire, mais il prit alors un plaisir sadique à prendre son temps, à la laisser désirer... N'en tenant plus, elle repartit à l'assaut : voilà qu'elle devait conquérir son mariage, et ça lui plaisait ! Lorsqu'enfin il se laissa faire, elle préféra l'attacher par surprise aux barreaux du lit. Voilà ! Maintenant, elle pouvait prendre tout son temps et son plaisir...

Après de longues minutes, il finit par se détacher, mais vu où ils en était venu entre-temps, cela ne fit pas une grande différence...

...


Au banquet, on fut témoin de nombreuses choses. La petite Forrest courut partout, et renversa un tonnelet de bière sur le jeune Baratheon. Bien que Mako soit venu s'excuser, le fait qu'il ait parlé en Dothraki sans s'en rendre compte ne joua pour la diplomatie Dornienne, et ce fut Quentyn Noirmont qui vint faire la médiation, passant de ce fait le reste de la soirée avec le Lord d'Acalmie que tout le monde boudait, et qui en eut vite mare du Dornien.

Trud Martell et Samwell Dayne buvèrent en abondance, et commencèrent à se vanter de remporter le tournoi du lendemain. La Dorure sympathisa avec Phylostos, et ils discutèrent d'affaires de Connétable. Les hommes de Tully se retirèrent tôt, mais le Roi resta, bavardant un moment avec Tytos Lannister (qui but plus que de raison) puis on le perdit de vue (les Gardes Blancs ayant suivit le Roi répandirent ensuite la rumeur que le Souverain des Sept Couronne avait passé la nuit en compagnie de la jeune et jolie Ashä Martell, dans une arrière cour, mais on eut pas plus de détails).

La moitié des convives finirent ivres morts, et Robin, organisateur du tournoi, décida, alors que le jour se levait, que le tournoi serrait repoussé au lendemain, ce qui agaça les Tully qui s'y préparaient depuis la veille et s'étaient retenus de boire.

Ce fut alors que les nouveaux époux réapparurent, et les fêtards encore réveillés remarquèrent les multiples hématomes et coupures que les amants portaient à présent sur tout le corps. On ne fit pas de remarque, et on conserva sa tête, alors que la Princesse comme le Lord prirent leur petit déjeuner l'air de rien.

Ils eurent la journée pour effacer leurs marques, et se rendre présentables pour le tournoi.

...


Sur l'estrade, aux côtés des Lords de premiers plans, Meenah observa la masse de plébiens, de bourgeois, et de petits seigneurs, se presser pour assister au grand tournoi. Que cela promettait d'être excitant ! Elle y aurait bien participé mais sa nuit de noce la laissait encore endolorie, et brusquer un peu trop les traditions n'était pas vraiment bon pour leur politique. Logan, lui, comptait bien participer, et son cheval était attelé en ce moment même.

Son mari (l’appeler ainsi lui faisait bizarre, mais c'était plaisant) prit place à la tribune, et en profita pour faire de grandes annonces à son peuple ici réunit. Elle écouta d'une oreille distraite, mais l'essentiel y était : l'annonce de grands travaux sur la route de la rose, la fin de la taxe sur Cendregué en guise de cadeau pour les Tyrell (Cendregué leur appartenait désormais entièrement), la reconnaissance de son fils, Loyd, comme Lord de BoisDoré, et, enfin, une mesure des plus attendue : la création de nouveaux jardins aquatiques en plein bief, qui sera lancé prochainement avec la participation de Dorne. Meenah était contente : ils avaient décidés d'exporter la manière de faire Dornienne pour la noblesse, afin de souder plus que jamais leurs deux royaume, afin qu'il soit bien plus facile pour les Lords de voir leurs enfants et de les savoir en plus grande sécurité. Il y aurait ainsi un cycle : une année, les enfants nobles grandiraient aux Jardins Aquatiques de Dorne, l'autre année aux Jardins du Bief, leur procession serait une importante fête populaire et tous y gagnerait (surtout le pouvoir de Rowan).

Elle prit ensuite elle-même la parole, et coula un regard vers Hightower alors qu'elle disait se réjouir de l'union prochaine de Nymeria Hightower et de Tarek Qorgyle, son fidèle vassal.

Mais ce fut vraiment le Roi qui ouvrit le grand tournoi de Hautjardin :

- Chers amis, cher seigneurs, énonça-t-il dans son discours, nous sommes ici pour célébrer l'union du Bief et de Dorne, de Meenah Martell et de Logan Rowan, mais surtout pour célébrer l'unité des Sept Couronnes, alors que nous sommes si nombreux rassemblés ici, à festoyer ! Mais je ne peux pas m'empêcher de profiter de l'instant pour voir faire une annonce plus personnelle. Il s'agit de quelque chose qui concerne la Couronne et l'avenir du Royaume : mon mariage ! Moi, Aenar Targaryen, Roi des Andals, de Rhoynar et des Premiers Hommes, Seigneur des Sept Couronnes et Protecteur du Royaume, demande en ce jour la main de Dame Äsha Nymeros Martell à la Princesse Meenah, sa tante et tutrice.

En bas, alors qu'ils se préparaient à jouter, Trud et Samwell couvrirent leur fille d'un regard surpris, puis ravit. La jeune fille rougit par convenance, et fut au centre des regard de la foule à qui elle s'employa de démontrer ses charmes. Meenah était fière d'elle, et de l'éducation qu'elle lui avait donné. Elle prit la parole, pour donner son accord à cette union, et on annonça des festivités à venir à Port-Réal.

Bien entendu, tout était arrangé depuis des semaines, mais un peu de mise en scène ne faisait pas de mal : l'émotion endort des les cœurs et protège des lames. Äsha comme le Roi y trouvaient leur bonheur, cela lui suffisait.
Sans plus attendre, le tournoi débuta, sous les acclamation de la foule.


Dernière édition par Anarchnid le Mar 29 Nov - 0:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anarchnid

avatar

Messages : 36
Date d'inscription : 13/11/2016

MessageSujet: Re: Tour 7 - Le sac de Goeville   Mar 29 Nov - 0:14

Dorne, tour 7.5 : le grand tournoi de Hautjardin
Trud Martell - Âcre-lame



En milieu d'après-midi, Trud Martell, dit Âcre-lame, désarçonna le redouté Trebor Jordayne. C'était encore un jeune homme, imprudent : ce ne fut pas dur de l'avoir. Ayant finit ses joutes de la journée, elle rejoint les tentes, et entreprit de se déshabiller pour se laver, et reprendre des forces. La sœur cadette de Meenah avait toujours été bonne à chevale, aussi ne se vexait-elle pas de son élimination. Elle attendait l'épreuve de demain : la mêlée. On avait aussi annoncé un behort, mais elle ne pouvait y participer puis ce que celui-ci opposerait deux camps Rowan, sur insistance de l'organisateur. Qu'à cela ne tienne, elle et son mari iraient botter des culs demain, sauf si l'Epée du Matin remportait les joutes (dans ce cas il la laisserait sans doute se battre seule, espérant qu'elle l'emporte à l'épée).

Ce fut alors qu'elle se rinçait la peau et arrachait ses croutes qu'une jeune fille vint la trouver. Âcre-lame s'étonna tout d'abord : une jeune fille si jolie, venir ainsi l'espionner ? Elle ne reconnu pas tout de suite Evelyne, la fille de Logan Rowan. L'inconnue la dévisagea d'un air franchement hostile. A sa ceinture, il y avait une épée et un long coutelas, dont on devinait qu'elle était impatiente de se servir.

- Je n'ai pas eu le droit de participer au tournoi, lui cracha-t-elle. Pourquoi vous oui, et moi non ? C'est le domaine de mon père, et vous êtes une étrangère ! Pourquoi vous et pas moi ?!

Trud Martell posa son éponge, et se releva. Debout, elle faisait une bonne tête de plus que la gamine.

- Tu sais qui je suis ? demanda-t-elle, d'une voix grave. Je suis Trud Nymeros Martell, on m'appelle Âcre-lame. Pourquoi moi et toi non ? J'ai passé ma vie hors de chez moi, à battre les routes et les champs de bataille. Regardes-toi : je suis sûr que tu n'es jamais sorti du domaine de ton père ! Ce que je veux, je le prend, et les hommes ont apprit sous les coups à me laisser faire ce qui me plait.

- On croirait entendre parler mon père, siffla-t-elle.

- Tu as un problème avec moi ? sourit-elle d'un air mauvais. Alors frappes-moi !

- Vous... vous n'avez pas d'arme, et...

Un solide coup de tête lui tomba sur le pif, et elle chuta sur les fesses.

- Retourne chez ton père, lui conseilla Trud en retournant à sa toilette.

La petite, le nez cassé, étouffa de rage, et s'enfuit.

Ce n'est qu'au banquet du soir, alors que l'on célébrait la victoire écrasante de Logan Rowan dans la joute qui l'opposait à l'Epée du Matin (Trud soupçonnait Samwell Dayne d'y être allé trop molo face à son nouveau beau-frère, mais elle ne lui dirait jamais pour ne pas le vexé), qu'un page de Rowan vint la trouver. Intrigué, elle le suivit, et il la mena dans une cours isolée où il lui demanda d'attendre quelques minutes. Evelyne Rowan finit par se montrer, un pansement sur le pif. Elle avait toujours son épée et son coutelas, qu'elle dégaina.

Âcre-lame s'en frotta les mains, et sorti son arme du fourreau également. Cette petite commençait à lui plaire !

Cette nuit-là, les deux femmes croisèrent le fer de longues minutes durant, et finirent sur un pied d'égalité. Trud n'aurait su dire si la gamine se donnait à fond ou pas (elle-même en gardant sous le pied pour la mêlée de demain) mais elle semblait satisfaite lorsqu'ils baissèrent les lames.

- Vous êtes une femme forte et respectée, lui dit la fille Rowan. Moi, je ne suis que forte...

- Alors conquière le respect qui t'es dû, grinça Âcre-lame.

- C'est facile à dire pour vous ! s'exclama-t-elle. Vous n'avez pas grandit avec Logan Rowan ! Il n'a de respect pour personne, et encore moins pour quelqu'un comme moi !

- Où tu veux en venir gamine ? demanda Trud.

- Vous pourriez m'aider ! Vous êtes un chevalier alors... prenez-moi comme Écuyer !

La Dornienne écarquilla les yeux. Jamais on ne lui avait fait une telle demande, jamais... Elle éclata de rire.

- C'est d'accord ! rugit-elle. Tu me plais, gamine ! Tu en as parlé à ton père ?

- Certainement pas ! s'indigna-t-elle. Les femmes ne sont pas chevaliers dans le Bief !

Cette histoire commençait à furieusement plaire à la Martell, et alors que ce tournoi commençait à l'ennuyer, elle trouva là un souffle de motivation bien plus puissant : elle allait prouvé à tout le monde que les femmes pouvaient non seulement leur tenir tête, mais également les battre à leur propre jeu !

...


Le lendemain matin, les deux soeurs déjeunèrent ensemble, et échangèrent sur les joutes de la vieille. Il y avait eu de belles confrontations ! A commencé par l'entrée en lice de Tytos Lannister, face à Matthis Tarly. La victoire de Matthis avait été un moment fort, pour sûr ! Le jeune Corventin Baratheon avait été confronté au massif Humphrey du Rouvre, et s'était incliné, ce dont Meenah ce moquait quand Trud préférait reconnaitre la bonne performance de Baratheon, bien qu'il ait été vaincu. Sa propre victoire était une surprise, tout comme l'élimination de Samwell Dayne face à Logan Rowan. Une joute entre deux beau-frère... Meenah ne devait plus se sentir pisser maintenant que son favoris avait battu celui de sa sœur !

Les joutes d'aujourd'hui seraient plus difficiles, Trud Martell le savait. Depuis sa victoire sur Trebor (un des favoris Dornien) on la regardait avec plus de méfiance, et parfois avec hostilité. Mais elle s'en foutait. Ce jour-là, elle partit la rage de vaincre au cœur !

Dans les demi-finales, Matthis Tarly, l'héritier de Corcoline, fut confronté à son nouveau suserain : Logan Rowan, le tombeur de l'Epée du Matin. La maison Tarly ne s'était rallier aux Rowan qu'après que Tyrell se soit rendu... Toutes les tensions du Bief déchiré s'incarnèrent en ce combat, et la victoire de Matthis arracha un sourire inquiet à Meenah Martell. Logan ramassa ses armes, et s'éclipsa.

Ce fut à Trud de monter en scelle : face à elle, Humphrey du Rouvre. Tout le monde pensait la voir plier contre ce colosse, mais elle finalement la plus forte et, après avoir brisé six lances, désarçonna le chevalier sous les regards stupéfaits de la foule.

Logan Rowan prit sa place dans la tribune, aux côtés de sa femme, et ils regardèrent la finale.

Trud Martell Âcre-lame, face à Matthis Tarly l'Implacable. Il lui jeta un regard mauvais. Lui, unfier héritier, face à une femme ? et une Dornienne qui plus est ! Ça ne s'était jamais vu, oh ça non !

Trud pensait, elle, qu'elle avait jouée de chance : si elle était tombé face à son mari en joute, elle aurait été battut à plate courure. De même, elle avait tiré à chaque fois des adversaires prenables pour son style de joute, et il n'y avait vraiment que face à Humphrey qu'elle avait du arracher la victoire. Mais là, c'était différent. Elle était face à Matthis Tarly, le vainqueur de Rowan, lui-même ayant vaincu l'Epée du Matin ! Elle l'avait vu jouter : il méritait bien son surnom d'Implacable.

Elle abaissa sa visière, et lança son cheval, serra fort sa lance. Il est des moments où le simple talent ou la simple chance ne suffit plus. Il est des moments où ce n'est qu'une combinaison de ces deux facteurs qui peut être votre salut. Ce fut un de ces moments. Tarly voulait la tuer, lui enfoncer sa lance dans l’œil, elle pouvait le lire dans son regard. Pourtant, c'est lui qui finit par terre.

Le moment était unique : pour la première fois, une femme remportait un tournoi. Trud Marterll hotta son casque, et hurla sa joie au ciel. Après un petit temps de stupeur, les gens se mirent à applaudir, la plupart mal à l'aise avec l'identité du gagnant, mais finissant par céder sous les regards noirs que la Princesse de Dorne accordait aux récalcitrants. Matthis Tarly s'éclipsa sans un bruit, et on dit qu'il rentra directement à Corcoline.

Âcre-lame fut acclamé comme un vainqueur, et elle put apercevoir, dans le public, la mine émerveillé d'Evelyne Rowan. Lorsqu'il lui fallut désigner une reine de beauté (ce qui provoqua moult blagues et plaisanteries graveleuses) elle hésita à consacrer Evelyne, mais finit par écouter les conseils de sa sœur et consacra Äsha, sa fille et future épouse du Roi. Ce dernier fit un bref discours, et on se précipita au banquet, sous la garde discrète des manteaux blancs.

Les Dorniens étaient aux anges. Meenah passa voir Mako chez le mestre (il s'était blessé à la jambe lors d'une joute au tournoi), puis passa le reste de la soirée avec sa sœur, l'Epée du Matin, la Dorure, et tous leurs amis d'enfance des Jardins Aquatiques.

On aurait pu rêvé meilleure conclusion au tournoi, et on se prit à espérer que les prochains jours des festivités apportent d'aussi bonnes surprises !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lebelum

avatar

Messages : 47
Date d'inscription : 20/11/2016
Localisation : Glorieuse Bourgogne/ Corbois-Winterfell

MessageSujet: Re: Tour 7 - Le sac de Goeville   Dim 14 Mai - 15:03

RP tour 7: Osric Omble

L'Exécution

C'était une journée pluvieuse, quelques jours auparavant l'armée nordienne dirigé par Rodrik Stark, Osric Omble et Ambel Arryn avait conquis Goëville en un assaut aussi violent que court, la victoire semblait parfaite mais des incidents entachèrent le succès: rapidement l'odeur du brûler parvint à Osric qui finissait avec ses hommes de "nettoyer" les baraques de la garde, il se précipita vers la "place aux Dragons" qui dès lors portait bien son nom, la funeste chaleur du pillage emplissait l'air et c'est désemparé qu'il observait les chevaliers matraquer les indisciplinés- ce soir là, c'est dans toute la ville que cet horrible spectacle pu être observé.
Le lendemain, à la fin du conseil de guerre, Osric, pensif par rapport aux évènements de la nuit précédente, qui était resté en retrait déclara:
- Je vais les pendre ces sales fils de chien, on n'agit pas ainsi, surtout lorsque le Juge est présent.
- De tels éléments ne nous seront d'aucune utilité, fais toi plaisir, lui répondit Arryn suite à un geste d'accord de Stark.
Osric sourit et le conseil prit fin, il était l'heure de ramener l'ordre dans les rangs.

Le jour suivant, tandis qu'Ambel et Rodrik préparaient les opérations, le Juge préparait son jugement, avec les chevaliers Stark il mena une rapide enquête pour identifier des pilleurs (nombre d'entre eux avaient du mal à cacher les biens dérobés dans le sang et le feu), et en arrêta 100; 50 perdirent 1 doigt (puis orteil s'il ne possédait pas assez de doigts) par objets volé identifié, les 50 autres furent garder de côté pour subir une punition plus expéditive..

C'était une journée pluvieuse et grave, au bord d'une falaise proche de la ville une estrade avait été installé, estrade sur laquelle avait été installé 50 potences.
Osric se trouvait sur l'estrade à côté des 50 damnés, des chevaliers l'encadraient et une vaste masse de soldat était présente pour assister, sous impulsion de leurs officiers, à la scène, une pluie battante les écrasait tous et seul les clapotis et ruissellements de l'eau sur les armures étaient audible; il y avait là un silence de mort.
Alors Osric s'éclaircit la voix et déclara de toute sa puissance vocale les charges portant sur les condamnés, soit pillage et désobéissance, et dès qu'il eut fini les trappes s'ouvrirent et les 50 périrent non sans tenter de se débattre, un chevalier passa ensuite les transpercer les uns après les autres pour s'assurer de leur mort puis leurs corps furent jetés du haut de la falaise et quelques bruits de craquement atteignirent l'assemblé. Ainsi le Juge avait jugé.

Osric Omble prononça alors un vibrant discours portant sur l'importance de la discipline, de l'obéissance envers les supérieurs et du respect des lois. Néanmoins le message était déjà clair pour les soldats frigorifié sous leur armure trempées: faites comme ces 50 et vous finirez ainsi, l'honneur du Nord à été entachés et les responsable en payent le prix.

C'était une journée pluvieuse et grave mais nécessaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Tour 7 - Le sac de Goeville   

Revenir en haut Aller en bas
 
Tour 7 - Le sac de Goeville
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Archives de la Tour de la Fauconnerie au Louvre
» [Résolu] Quelle est cette tour géante?
» [résolu]Comment attaquer au combat pas au tour par tour.
» Tour de guet
» Pro Tour Paris

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Megalovania :: MV archivés :: MV Game of Thrones-
Sauter vers: